Les ECHOS du CIREF

01 septembre 2016

L'HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE AFRICAINE - PROFESSEUR GREGOIRE BIYOGO - LIBREVILLE (GABON) - PARIS (FRANCE)

 

  L' Un des paradoxes ayant longtemps tétanisé la philosophie africaine (écrite en langue française, anglaise, lusophone, germanophone, arabe, ou même dans les langues endogènes depuis au moins la première moitié du XX siècle), c'est de n'avoir point suffisamment été étudiée dans le monde, pas même au sein du continent africain, où l'on était en droit d'en attendre un travail de réception relativement consistant. D'autant que cette philosophie fait aujourd'hui l'objet de travaux de plus en plus nombreux et importants (Thèses, Monographies, Dictionnaires, Evaluation des notions... Colloques, Enseignements, Bibliographies). Pour la comptabilité et la statistique de ce travail, le lecteur pourra se reporter à notre Bibliographie classificatoire et sélective des oeuvres de la philosophie et de l'égyptologie africaines (Harmattan, 2011) , Pourtant en dépit de l' ampleur de ces travaux, elle est longtemps demeurée dans une posture de confidentialité.

 2) L' autre difficulté, et non des moindres, c'était l'approximation et la faiblesse avec lesquelles on découpait tant bien que mal son objet et les articulations internes qui le ponctuaient, sans en définir fermement les termes, les méthodes, les concepts, et les grandes controverses, ni mêmes s'attacher à déterminer avec rigueur la critériologie qui autoriserait le dénombrement exhaustif des périodes qui en scandait le mouvement.

3) Enfin, le principal obstacle qui laminait cette pensée, c'était de s'écrire sans s'accorder l'exigence préliminaire d'élaborer sa propre histoire, cette philosophie s'était exonérée le plus important : dérouler l'histoire des séquences de sa discipline. Elle a donc fonctionné de la sorte au moins jusqu'à assez récemment sans pouvoir se regarder dans l'étendue de ses productions internes, sans se raconter, ni se penser dans la totalité de ses publications et de ses territoires heuristiques. 

4) Sans doute trouvait-on ça et là quelques textes de synthèse de ses publications les plus récentes mais le déficit flagrant de la définition de ses objets, la non formulation de ses interrogations cardinales, en l'occurence son assignation à se prononcer sur les origines de la philosophie elle-même, en tant que cette question est la sienne en propre, son échec à définir ses enjeux, à se poser comme le discours unitaire de l'ensemble des activités de la philosophie dans le continent africain, voire dans un horizon idéel autrement plus vaste (puisque cette philosophie n'exclut pas de prendre en charge la philosophie afro-américaine (Jeki Kinyongo, Epiphanies de la philosophie africaine et afro-américaine - Esquisse historique du débat sur leur existence et leur essence (1989)...autant de manques ont privé la philosophie africaine du récit de son histoire, au sens ricoeurien où raconter et penser sont une seule et même chose.De fait, ce discours pouvait-il se constituer comme un champs autonome, unitaire et autoréflexif sans revenir sans cesse à sa propre histoire et à l'histoire générale de la philosophie ? la philosophie peut-elle vivre sans élaborer sa propre histoire et sans se référer à l'histoire générale de sa discipline ? Ainsi donc, l'enseignement de cette philosophie, la recherche universitaire et sa réception ont souffert de l'absence et de l'oubli dévastateur d'une écriture de l'histoire de la philosophie, précepte que, au demeurant recommandait Cheikh Anta Diop dans  "  Philosophie, Science et Religion "

II/ LA NAISSANCE D'UNE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE AFRICAINE

 1) Lorsque cette philosophie parvient à sa maturité, et devient particulièrement attentive à l'exigence d'une géographie philosophique ferme (géo-philosophie), et à l'impératif d'évaluation de la multiplicité de ses productions internes ou de ses réceptions, lorsqu'en elle a augmenté le souci légitime de décrire avec précision ses objets, sa périodicité, ses avancées et de les quantifier, puis de les qualifier, ainsi que le besoin de prononçer un jugement critique sur ses différentes activités dans le temps même qu'elles se faisaient, alors se sont ouvertes à nous les conditions objectives de l'élaboration d'une histoire de la philosophie, elle-même inséparable de l'histoire des sciences. 

2) Certes trouvait -on avant cette oeuvre le travail important de Smet, qui a posé les prémisses pertinentes et courageuses d'une histoire de la philosophie africaine mais dont l'objet en est resté à l'état d'émiettement, les méthodes imprécises, la périodicité générale discutable, et les définitions internes pour le moins essentialistes. Le péché de ce programme est d'avoir choisi d'écrire une histoire de la philosophie sans au préalable en exposer les définitions et les conditions de possibilité...sans donc la rattacher à la longue chaîne de travaux de la discipline elle-même.

3) Si en Occident le premier texte de la discipline s'énonce rigoureusement avec Vie, doctrine et sentences des philosophes illustres, 2 vol. pour la traduction française, la notice et les notes de Robert Genaille (Flammarion, 1965) , où Diogène Laerce inaugure l'histoire de la philosophie, rend compte des philosophes illustres grecs, en présentant leur formation, leur vie, leurs doctrines particulières ainsi que les liens existant entre elles (bien qu'il ait moins bien réussi),  puis en racontant enfin leur fin, signalant parfois leur postérité, cette histoire de la philosophie ne surviendra en Afrique formellement qu' au début du XXI siècle, en 2005-2006 avec la publication de nos livres aux Editions l'harmattan d'une Histoire de la philosophie africaine (Livre 1 .Le berceau égyptien de la philosophie, Livre 2 Introduction à la philosophie moderne et contemporaine, Livre 3 . Les courants de pensée et les ouvrages de synthèse, Livre 4. Entre la postmodernité et le néopragmatisme.

4) On trouve aussi le travail du philosophe camerounais Hubert Mono Ndjana, posé comme le second projet d'une histoire de la philosophie africaine, publiée chez l'harmattan , en 2009. Encore que le déficit flagrant de ce travail soit d'avoir occulté la première histoire de la philosophie africaine publiée cinq années avant sa parution, de surcroît dans la même maison d'Edition, et de part en part, avec des références à des textes redevables à cette oeuvre pionnière de 2005 ! Si l'on ajoute à cela que ces livres sont enseignés au Cameroun, l'on ne peut que s'étonner de la témérité du choix de scomotiser ce travail. En effet, l'auteur de ce second livre d'histoire de la philosophie africaine connaissait nécessairement l'existence de ce travail dont il reprend par ailleurs in extenso le titre, mais n'en a pas moins fait le choix téméraire et suspect de le taire. Etait -ce pour s'octroyer le monopole de la création de la discipline ? le revers d'une telle rature paresseuse et insoutenable  est que l'historien de la philosophie camerounais ait reconduit l'ensemble des objections, des réfutations, des paralogismes, et des critiques méthodologiques, logiques et politiques graves qui ont été formulées contre toute entreprise d'élaboration hasardeuse et approximative d'une histoire de la philosophie, sans définition préliminaire du genre, sans débattre de la périodisation, de la formation des penseurs, des liens entre les différents courants de pensée, des problèmes relatifs aux histoires philosophiques écrites en Occident ou en Orient. Ce texte en est ainsi venu à endosser les critiques nombreuses incriminées, pour n'avoir pas cité la première histoire de la philosophie africaine stricto sensu , écrite en 4 volumes, n'en a pas moins été comptable des objections. L'autre difficulté inéluctable et ruineuse qui en a découlé est d'avoir omis de faire l'examen des problèmes et des questions internes à ce discours, en l'occurence la justification du choix d'un corpus, des périodes, des méthodes...A quoi s'ajoute le déficit permanent de la référence aux historiens de la discipline eux-mêmes, l'ignorance complète de la question des origines de la philosophie, la non qualification des connaissances produites par les auteurs, la méconnaissance stupéfiante d'un très grand nombre de travaux universitaires contemporains, qui précisément avaient mis en oeuvre les premières spéculations académiques.

L'intérêt de cet ouvrage est cependant ailleurs, dans son ouverture aux aires culturelles anglo-saxonnes, maghrébines, lorsqu'il n'est pas remonté aux périodes les plus anciennes d'Egypte, en examinant non sans intérêt la période alexandrine, réappropriée comme un moment qui serait propre à la philosophie africaine elle-même, bien qu'aucune justification philosophique ferme ne vienne étayer une telle revendication. L'ouvrage tente aussi une synthèse des grands courants de cette histoire philosophique, sans toujours au demeurant se prononçer sur la valeur des oeuvres étudiées, ou simplement évoquées, Ainsi donc, la taxinomie de cette histoire philosophique s'impose.

 I/ TAXINOMIE

    La taxinomie est l'étude du découpage et de la classification formelle et rationnelle des oeuvres au sein d'un champ de recherche donné, ici l'histoire de la philosophie africaine. Il faut concéder que jusqu'ici, les découpages proposés au sujet de ce discours sont demeurés à la fois incomplets et lacunaires, ou simplement inexistants selon les régles de l'art. Or ce que l'on attend d'une taxinomie, c'est qu'elle élabore les différentes périodes d'un discours de manière convaincante car c'est le point de départ de toute recherche systématique. Voici donc comment on peut aujourd'hui périodiser cette histoire, autour de cinq grandes périodes qui, elles-mêmes se subdivisent en courants internes.

  - Les 3 grandes périodes de l'Histoire de la Philosophie africaine.

    Dans  le découpage actuel de cette aventure philosophique, l'on peut distinguer cinq grandes périodes , avec en leur sein, des découpages variées.

   1) LA PHILOSOPHIE ANTIQUE ET LE BERCEAU EGYPTO-NUBIEN DE LA PHILOSOPHIE ET DES SCIENCES ( III millénaire au XII siècle avant notre ère)

        Ce qui frappe et ce qui est nouveau dans cette histoire philosophique, c'est l'hypothèse renversante de l'origine de la philosophie en Afrique. Notamment en Nubie (Claude Summer lequel a mis en lumière cette bravade de la présence de textes de philosophie dans le berceau éthopien, Ethiopian philosophy, 2 volumes, 1974-1979) Sans doute n'en a t-il pas tiré comme nous la déduction de la naissance de la philosophie stricto sensu en Nubie, mais les matériaux qu'il donne permettent cette déduction lourde de conséquences. Certes les égyptologues, les dépositions des auteurs Anciens, les historiens de la philosophie (de Diogène Laerce à au moins Emile Bréhier) avaient-ils déjà attiré l'attention sur l'idée que la philosophie grecque n'était pas une invention spontanée, mais qu'elle procédait de l'Orient. Mais les choses en étaient restées là, jusqu'à ce que l'école allemande ait fait des investigations trouvant en Egypte même les sources lointaines de cette pensée grecque.

- Puis les philosophes africains ont pris le relais, ils ont poussé cette recherche, et établi les origines égyptiennes de la philosophie grecque. Ce fut d'abord le travail exegétique de Cheikh Anta Diop, qui le premier a démontré la dette philosophique et de la science grecque à l'égard de l'Egypte (" Antériorité des civilisations nègres - 1967 - et Civilisation ou Barbarie - 1981; deux autres ouvrages sont déterminants sur cette question ( " Stolen legacy "  et le remarquable  " The african origin of greek philosophy - 1993 de Innocent . C. Onyeweny.)

 - Puis ce furent les premières investigations à la faveur de la redécouverte de cette pensée philosophique et scientifique, même si ici, elle fonctionne encore sur le mode faible de l'exhumation, et non de la mise en oeuvre critique des acquis, qui plus est, en passant outre les problèmes méthodologiques de la critique des sources, et épistémologiques du lien entre les Ecoles de pensée, ou même celui de l'évaluation des résultats par rapport à la production philosophique étudiée, avec une mise en perspective dans son dialogue avec les autres sources (méthode de croisement des sources) Mais dans tous les cas, avec ce texte étonnant de Théophile Obenga, la philosophie africaine se met soudain à redécouvrir son héritage philosophique et scientifique égyptien millénaire la philosophie africaine de la période pharaonique 2780 - 330 avant notre ère - 

    La philosophie antique développera ensuite la question ancienne de la naissance des mathématiques dans le foyer égypto-égyptien, dont la plus ancienne attestation nous vient d' Aristote, Métaphysique I , puis de Diop, Antériorité de la civilisation nègre (1967), Civilisation ou Barbarie (1981), Théophile Obenga, La géométrie égyptienne, Contribution de L'Afrique Antique à la mathématique mondiale (1985), Malolo Dissake, Mathématiques pharaoniques égyptiennes et théorie moderne des sciences (2005) ... Ces deux derniers auteurs citant à juste titre l'ouvrage de Sylvia Couchaud, Mathématiques égyptiennes, Recherches sur les connaissances mathématiques de l'Egypte pharaonique (1993) Mais les dépositions les plus formelles sont données par es Papyrus eux-mêmes...

   - Ensuite l'exposition pertinente des  5 grandes Ecoles philosophiques égyptiennes (Grégoire Biyogo, Origine égyptienne de la philosophie, 2000) et le dénombrement des penseurs Grecs, élèves des philosophes égyptiens dans son Histoire de la philosophie africaine, 4 vol. Vol I L berceau égyptien de la philosophie.

  - L'exegese de la pensée philosophique memphite et armanienne est envisagée par Mubabingue Bilolo   " Les cosmo-philosophies théologiques de l'Egypte antique (3 vol. 2000-2004)

 - Il convient aussi de signaler le texte des actes du colloque de Yaoundé dirigé par Gabriel Ndinga et Georges Ndoumba   " Relecture critique des origines de la philosophie et ses enjeux pour l'Afrique - 2004. La référence à M. de Paw et Masson Oursel est indispensable, qui ont contribué à l'évaluation de la pensée philosophique et de la science égyptienne, en en soulignant la dette grecque. Masson Oursel, successivement dans  " Recherches philosophiques sur les Egyptiens et les Chinois - 1774 - et  " Histoire de la philosophie, Fascicule supplémentaire : La philosophie en Orient, préface de Emile Bréhier dont il était le disciple (1969)

- Mais aussi l'archéologie philosophique du moment alexandrin (Théophile Obenga : LEgypte, la Gréce et l'Ecole d'Alexandrie, 2006), cette période qui vient d'être re-territorialisée par les historiens de la philosophie africaine comme un moment propre à l'histoire de la philosophie africaine, comprend des philosophes comme Philon d'Alexandrie, Flocus, Tertullien, Origène, Plotin, Saint Augustin (ces deux derniers Penseurs ont été étudiés par Mubabinge Bilolo, Michel Kouam : Esthétique II, Beauté et Vie spirituelle. Essai philosophique de confrontation : Plotin, St Augustin et l'Afrique.

  2) LA PHILOSOPHIE MEDIEVALE DES EMPIRES AFRICAINS (XIII siècle jusqu'au XIX siècle)   

        Après la philosophie antique, vient la philosophie médiévale, laquelle est demeurée longtemps assez mal connue . Pour autant , elle fait aujourd'hui l'objet de spéculations philosophiques et a donné lieu à des résultats surprenants, qui ont émergé dans le contexte des Universités prestigieuses où l'on a assisté à la relecture d'Aristote, de Maimonide ... et de la pensée arabe, avec la découverte de l'algèbre...Mais plus que tout cela c'est la rencontre de figures de la philosophie médiévale d'Afrique qui la rend importante. Les grands noms de cette période sont ceux de Ibn Khaldoun de Tunis ( 1332-1406) Ahmed Baba de Tombouctou (1556-1627), ZERA yacob de NUBIE (1599-1692).

       - Puis au soir de cette période, émerge une période intermédiaire, avec le grand philosophe ghanéen Antoine Guillaume AMO dont l'oeuvre novatrice a été révélée dans la philosophie africaine par le philosophe béninois Paulin Hountondji  " Sur la philosophie africaine , critique de l'ethnophilosophie " (1977). D'autres ont depuis entrepris d'en connaitre la pensée, dont entre autres Simon Mougnol  " Un noir professeur d ' Université en Allemagne au XVIII siècle (2010) Puis par les historiens de la philosophie eux-mêmes (Grégoire Biyogo, Histoire de la philosophie africaine, Vol 3 - 2006)

  3) La philosophie moderne et contemporaine (1945-1990)

      après la philosophie antique et médiévale, on arrive au moment de la philosophie moderne et contemporaine, la moins connue, et la plus abondante. 

      Le moment du Tempelsianisme , avec la publication évènementielle en 1945 à Elisabethville de la philosophie bantoue du Révérend père Tempels, qui la pose comme celui de la naissance desTemps modernes . Cette oeuvre a donné droit à une immense littérature philosophique allant de Kagame son disciple immédiat (avec ses essais décisifs  " la philosophie bantu rwandaise de l'être (1965) et plus tard " la philosophie bantu comparée (1976 ) à Maniragba Malibutsa, auteur de  " les perpectives de la pensée philosophique bantu rwandaise " après Kagame  jusqu'à Ngoma Binda et à Souleymane Bachir Diagne...) le néo tempelsianisme et le néo Kagamisme tentent de renouveler le paradigme de l'ethnophilosophie, avec l'exploration des textes endogènes, en se dégageant des incohérences logiques du texte de Tempels , tout en en tirant les grandes intuitions vitalistes, notamment la théorie de l'interaction universelle des forces.

    A) La phlosophie critique continentale (1997-2000)

        Tout commence avec la critique méthodologique et logique du discours de l'ethnophilosophie et la naissance de la critique politique (Eboussi Boulaga et son livre vigoureux  " la crise du Muntu, Authenticité africaine et philosophie (1977) qui intensifie les analyses déjà pertinentes consignées dans la  "Bantu problématique. Une étrange alliance des mots " (1966).

        Puis Martien Towa qui en ponctue la critique politique avec ses textes denses  " Essai sur la problématique philosophique camerounaise dans l'Afrique actuelle (1971), " l'idée d'une philosophie négro africaine  " (1979), cette critique va devenir une déconstruction des dogmes, des paralogismes et de la mystification politique qui en découle. D' où la critique alors courageuse de l'Etat parti et l'appel à l'avènement de l' Etat de droit Chez Paulin Hountondji  " Sur la philosophie africaine " (1976) et " Combats pour le sens " (1997). Féconde, autocritique, ruinant les dernières idoles de l'ethnophilosophie, le courant criticiste va créer un nouveau style philosophique et rendre possible la modernité philosophique en Afrique, laquelle est d'abord récusation systématique des récits de légitimation philosophique de la violence de la rationalité unilatérale et de la servitude subséquente.

     B) La naissance de la modernité et de la post modernité africaine (1981- 2011)

        C'est avec la figure inaugurale de Cheikh Anta Diop, que l'Afrique philosophique entre en modernité comme avec Descartes en Occident. Diop rompt avec le logos d'une science qui justifie la domination sur l'Afrique , et plus généralement sur les Autres. Relisant la science de son temps (biologie moléculaire, physique nucléaire, anthropologie physique, il balaie les préjugés, et invite à l'élaboration d'une épistémologie des sciences humaines. C'est dans le texte éponyme " Civilisation ou Barbarie " (1981) qui énonce avec l'autorité qu'on lui connaît ce précepte méthodologique et heuristique du  " Retour à l'Egypte "en tant que site des sciences comme l'Occident a opéré au sujet de sa redécouverte de la Grèce comme terre du savoir

  C) Les perspectives du courant herméneutique 

     ( Okanda Okolo, Appiah, Wiredu, Ngoma Binda, Tsenay Sereque Berhan  " The hermerneutics of African philosophy : Horizon and discourse (1994)

  D) le courant logique, méthodologique et épistémologique

     ( Diop, physicien nucléaire et néo bachelardien,Souleymane Bachir Diagne, spécialiste de l'algèbre de Boole, Malolo Dissake, spécialiste et traducteur de Popper et de Feyerabend, Charles Zacharie Bowao, logicien, spécialiste de Popper, Etienne Bebbe Njoh, mathématicien et philosophe camerounais, Raphael Ntambue Tsimbulu, logicien  " la logique formelle en Afrique noire, Problématique, enseignements et essais (1997), Mutunda Mwendo, logicien, Grégoire Biyogo, méthodologue, poéticien, logicien, spécialiste de Richard Rorty

  E) Le courant de la post modernité

    (en l'occurence avec la pensée de la traversée de Bidima, et la transversalité de Ouattara, la solidarité avec Kouassi, la postmodernité de Nkolo Foe... Ensuite la déconstruction de la méthode et du finalisme selon le prisme asymétrique du revenir et la critique de l'essentialisme dans l'écriture de l'histoire de la philosophie par Grégoire Biyogo

  F) Le courant de la théorie critique

    (Bidima  " Théorie critique et modernité africaine, de l'Ecole de Francfort à la  "Docta spes africana " (1993) , Bouharima Ouattara  "  Adorno et heidegger, une controverse philosophique " (1999), lire du même auteur  " Adorno : philosophie et éthique (1999)

  G) Les grands courants de la philosophie politique et du droit

        Le courant de la critique politique

        Eboussi Boulaga  " Les Conférences Nationales en Afrique Noire. Une question à suivre (1993) , Olabiyi B. Yaï  " philosophie africaine et politique en Afrique (1997), Nkolo Foe  " Le sexe de l'Etat (2002) Mamahadé Sawadogo  " La parole de la Cité. Essai de philosophie politique (2003), Ngoma Binda " Philosophie et pouvoir politique en Afrique (2004)

  H) La critique du logos tyrannique de la Traite et la dédogmatisation de la Raison

    (Sala Molins  " Le Code Noir ou le calvaire de Canaan " (1986), Biyogo " Misère des lumières, Histoire de la philosophie, Livre III)

   I) La critique du courant de la Négritude

 

      (Sartre et la critique de la Négritude, Towa, Adotevi, Pathe diagne, Abanda,  " la philosophie critique et orphique de la négritude de Biyogo)...

   J) La critique d'inspiration marxiste

       (Georges Padmore, Kwame Nkrumah, A.Cabral " l'arme de la théorie " (1973), Amady Ali Dieng, Majhemout Diop, Thierno Diop, Abdou Toure, G. A. Kouassigan, Léon Mbou Yembi, Ch Dimi  " l'Afrique noire aux oubliettes du marxisme (1989)

   k) La critique machiavélienne de l'Etat

      (André Marie Yinda Yinda)

   L) Le Panafricanisme

     (E.W.Blyden, Marcus Garvey, Web.H Campbell, Dubois, Kwame Nkrumah, Cheikh Anta Diop, Hamadou Abdoulaye Ndiaye, Alpha Amadou Sy " Africanisme et Théorie du projet social, préface d'Amady Aly Dieng (2002) "

   M) La Renaissance africaine et l'édification de l'Etat fédéral

        (Diop, Obenga, Biyogo, Bilolo)

    N) l'Afrocentricité

        Molefi Kete Asante  " l'Afrocentricité " (2003), Ama mazama  " l'impératif afrocentrique " (2003)

     O) Le courant politique de la renaissance et la libération de l'Afrique

          (Mandela, Steve Biko, Thebo Mbeki)

     P) La philosophie de l'économie et controverses autour de la mondialisation

         (Ebenezer Njoh Mouelle  " La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique " (2010), Puis Ondoua " La raison unique du village planétaire mythe et réalités de la Mondialisation " (2010), Charles Bowao, Yves Kounougous  " les approches philosophiques de la mondialisation - Présentation -évaluation (Europe- Afrique Noire Thèse ) (2008) , Gilbert Nzué Nguema  " Modernité hégélienne et Mondialisation "  Thèse, 2003, Eyene Mba  " Le réalisme de Hayek sous le prisme de la philosophie sociale de Hegel "

Posté par ECHOS du CIREF à 14:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 août 2016

INSAISSISSABLE " PRINCE " - Dr Yves kounougous - Université Brazzaville (Congo) - Université de Nice CHRI (France)- NCBS (USA)

 

 

                                                      JOURNAL OF AFRICAN AMERICAN STUDIES

 

            EXAMINING THE LIFE OF PRINCE ROGERS NELSON : KNOW TO THE WORLD AS, SIMPLY

                                                                          " PRINCE "

 

                                                                 (version anglaise)

 

           All the time, Artists, were necessary for the society in which they lived, " PRINCE " was  1) one of the most talented musicians of its generation  " Real music for real Musicians " ; Addict with aftershow, he received an award for all its career, he had a personal vision of the music industry  2) one of the most charismatic, always dresse exentric, The Rolling Stone newpapers and The Times say, he's the most productive and part of the 100 most influential people in the world  3) one of the most provocative, he wears women's underwear in a concert and did enter the word  " Slave " on his cheek to mark submission to the music industry (Warner),  " PRINCE " created her own label (Paisley Park) and gain obtained financial autonomy.

          But what memories he will leave to posterity ? What picture let his own community ? Confronted with institutional racism, structural inequalities, deceptive speech of a possible post-racial society, by the decline of the oldest associations for civil rights (NAACP) and institutional Leaders (Jesse Jackson, Al sharpton) accused by  grossroots organizations and young to have transformed the Negro question in a real comerce funds ?

         Both libertarian and pacifist discourse  " I'd like us to be silent bare that there is neither White or Black, there is no obligation " , despite it's financial support to the community (victims of hurricane Ketrina), even if he shown the way of the fun rock generation, The African-American puritan society, as a whole, has not fully adopted  " PRINCE " , because many of his songs were dirty mind, The Rythm and Blues of its beginning went to a Funk tinged Pop and New Wave with a large part of pornographic, then settle down by offering Pop Music  " Psychedelic " where sexuality join faith.

       The  " Artist "   PRINCE is not the Hero of the Race like the  " Greatest " Muhammad Ali                                              

Posté par ECHOS du CIREF à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 août 2016

INSAISSISSABLE " PRINCE " - Dr Yves kounougous - Université Brazzaville (Congo) - Université de Nice CHRI (France)- NCBS (USA)

 

 

                                                      JOURNAL OF AFRICAN AMERICAN STUDIES

 

            EXAMINING THE LIFE OF PRINCE ROGERS NELSON : KNOW TO THE WORLD AS, SIMPLY

                                                                          " PRINCE "

 

                                                                 (version française)

 

            De tout temps et à toutes les époques, les Artistes, devenues des stars pour certaines ont été utiles et nécessaires à la société dans laquelle ils évoluaient ; " Prince " Rogers Nelson surnommé  " The Artist " fut   A)  l'un des musiciens les plus doués de sa génération : Multi-instrumentiste - Produced, composed, arranged and performed by Prince, il faisait  " Real music for Real musicians, adepte des  " After shows " , il reçut un prix (Bet award) pour l'ensemble de son oeuvre et avait une vision personnelle de l'industrie musicale. B) Un des plus charismatiques, toujours habillé de manière excentrique, le Journal " Rolling Stone "  et le  " Times " disent qu'il est très productif et qu'il fait partie des 100 personnalités les plus influentes dans le monde C) Le plus provocateur, il s'habille de dessous féminin durant un concert et écrit sur sa joue le mot  " Esclave " pour marquer sa soumission à l'industrie musicale (Warner), Prince créa son propre label (Paisley Park) et put ainsi gagner en autonomie financière.

            Mais quelle souvenir laissera t--il à la postérité ? à sa propre communauté ? Confrontée aux racismes institutionnels, aux inégalités structurelles, déçue par les discours sur une possible société post-raciale, et le déclin des plus anciennes associations de droits civiques (NAACP) ainsi que des leaders institutionnels (Jesse Jackson, Al Sharpton) accusés par les organisations de terrain et la jeunesse d'avoir transformé la " Question noire "  en un véritable fonds de commerce.

             Malgré un discours libertaire et pacifique  " j'aimerai qu'il n'y ait plus de Blancs, ni de Noirs, plus de règles " , en dépit du soutien financier à la communauté (aux victimes de l'Ouragan Katrina) , même s'il a montré la voie à la génération fun rock ; La société Afro-américaine, puritaine dans son ensemble, n'a pas entièrement adopté Prince, parce que beaucoup de paroles de ses chansons ont l'esprit mal tourné, le Rythm and Blues de ses débuts est devenu du Funk teinté de Pop et de New wave largement pornographique, pour ensuite aboutir à de la Pop Music  " Psychedelic " où s'entremêlent sexualité et foi.

            L' Artiste  " PRINCE " ne sera jamais le héros de la race comme le  " Grand " Muhammad Ali                                                  

Posté par ECHOS du CIREF à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2016

CONFERENCE GRAND PUBLIC 2016 - HOPITAL EUROPEEN GEORGES - POMPIDOU - HOPITAUX DE L'AP-HP - Paris (France)

 

THEME 1 : LA CHIRURGIE DES MALFORMATIONS COMPLEXES  DE LA TRACHEE DE L'ENFANT

                   PROFESSEUR NOEL GARABEDIAN : Chef de service Oto-rhino laryngologie et chirurgie

  cervico faciale pédiatrique - Hôpital Necker- Enfants malades - AP-HP - Paris (France) - Coordonnateur du centre de référence des malformations ORL rares - Président de la commission médicale d'établissement (CME) - Spécialiste des techniques chirurgicales modernes dans les malformations laryngotrachéales et cervico-faciales, de la surdité de l'enfant, de la chirurgie de la base du crâne, des malformations et tumeurs cervico-faciales.

                   PROFESSEUR OLIVIER RAISKY : Chirurgien cardiaque pédiatrique - Hôpital Necker- Enfants malades - AP-HP - Paris (France) - Spécialiste de nouvelles techniques chirurgicales en cardiologie pédiatrique, notamment en matière d'assistance circulatoire.

 

                     L'hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP, réunit aujourd'hui les services de soins et centres nationaux de référence impliqués dans la prise en charge de patients atteints de pathologies complexes de la trachée, cet organe du système respiratoire reliant le larynx aux bronches. L'afflux de patients a permis d'améliorer, en moins de deux ans et de manière significative, la prise en charge de ces pathologies complexes et d'innover sur les techniques utilisées, dans un environnement anesthésique et réanimatoire propice. une première mondiale a nécessité le travail de cinq équipes anesthésiques et chirurgicales.

 

   THEME 2 : MICROBIOTE : LES NOUVELLES PROMESSES THERAPEUTIQUES DE L'INTESTIN ?

                    PROFESSEUR GABRIEL PERLEMUTER : Professeur des Universités -membre de plusieurs sociétés savantes - conférencier - auteur de nombreuses publications scientifiques (dernière publication : " Les bactéries, des amis qui vous veulent du bien " ) - Chef de service Hépato-gastroentérologie et nutrition - Hôpital Antoine -Béclère - AP-HP- Université Paris-Sud - Inserm U996 où il dirige une équipe de recherche sur le microbiote intestinal et le foie.

                    PROFESSEUR FRANCISCA JOLY : Maître de conférences à l'Université Paris-Diderot - Membre de l'équipe de physiologie et d'endocrinologie digestives du centre de recherche sur l'inflammation (UMR 1149 Inserm) - ses Recherches portent sur la prise en charge et le traitement de patients adultes atteints de maladies rares de l'appareil digestif, allant de la nutrition artificielle à la transplantation intestinale - Gastro-entérologue, Nutritionniste au sein de l'Unité fonctionnelle de gastro-entérologie et d'assistance nutritive de l'hôpital Beaujon - AP-HP (Paris) France

              

                   Savez-vous quel est l'endroit sur terre où la densité d'êtres vivants est le plus élevée ? Inutile d'aller chercher bien loin, la réponse est en nous, dans notre intestin ! 100 000 milliards de bactéries, près de 1,5 kg de microbes, peuplent notre tube digestif pour notre plus grand bien ! Ce microbiote intestinal nous envahit dès le premier instant de notre vie. C'est un univers intérieur avec lequel nous vivons en parfaite symbiose, qui nous aide à mieux digérer et à fabriquer des vitamines, et qui participe au développement de notre immunité, pour nous maintenir en bonne santé.  Mais sous l'effet de facteurs environnementaux comme une meilleure hygiène, le mode d'accouchement, une mauvaise alimentation, l'équilibre qui existe entre nous et nos bactéries peut se rompre et aboutir à une dysbiose. Cette dysbiose va être à l'origine de maladies dont la fréquence ne cesse d'augmenter, comme le surpoids, les maladies cardiaques, les colites, les allergies et même le stress, les addictions ou l'autisme. Nous nous trouvons aujourd'hui à l'aube d'une révolution médicale, comme Pasteur en son temps, le microbiote intestinal, véritable nouvel organe, a été décrypté. Comprendre son développement et son fonctionnement, c'est nous protéger de ces maladies ou limiter leurs effets. Comprendre ce monde bactérien qui vit en nous, c'est découvrir qu'il est possible, par de bonnes habitudes alimentaires et l'utilisation de prébiotiques ou de probiotiques, de le choyer et de le renforcer, pour préserver notre capital santé. La source du bonheur est bien dans l'intestin !    

 

  THEME 3 : CHIRURGIE AMBULATOIRE : PROTHESE TOTALE DE HANCHE ET D'EPAULE DESORMAIS POSSIBLE SANS PASSER LA NUIT A L'HOPITAL

                  

                    PROFESSEUR  PHILIPPE HARDY : Chirurgien et Chef du service d'orthopédie et de traumatologie - Hôpital Ambroise Paré, AP - HP - Directeur pédagogique de l'école de chirurgie de l'AP-HP, Enseignant à l'Université de Versailles Saint Quentin en - Yvelines - Rédacteur associé pour la revue Orthopedics & traumatology : Surgery & Research (OTSR)

                    Les progrès conjoints des techniques chirurgicales, et des techniques d'anesthésie contrôlent les douleurs postopératoires, limitent les pertes sanguines et les effets secondaires des antalgiques. Ils permettent ainsi aujourd'hui d'effectuer en ambulatoire la pose d'une prothèse totale de hanche ou d'épaule. Cette chirurgie impose une prise en charge multidisciplinaire. La participation active du patient à ce nouveau protocole, et de toutes les équipes de soins et du réseau ville-hôpital, est en effet essentielle. A l'occasion de cette conférence, j'évoquerai ces interventions en chirurgie ambulatoire imposant une sélection stricte des patients, ainsi qu'une information et une éducation thérapeutique préopératoire adaptée. Un réseau ville-hôpital, mis en place en amont, est également nécessaire afin de garantir la sécurité du patient à son domicile. Parce qu'elle est bénéfique pour la santé des patients et moins coûteuse pour la société, son développement est devenu prioritaire. Toutes les techniques chirurgicales ne peuvent en bénéficier. Il doit s'agir de techniques chirurgicales parfaitement standardisées, réglées avec des risques limités et identifiés.

 

      THEME 4 : STRESS POST-TRAUMATIQUE APRES LES ATTENTATS : LE BLOCAGE DE LA RECONSOLIDATION DES SOUVENIRS

 

                     PROFESSEUR BRUNO MILLET : Enseignant de psychiatrie à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) - Responsable de l'Unité de Stimulation Cérébrale pour patients souffrant de TOC et d'Addiction (STOCAD) dans le département de psychiatrie adulte à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris - France) - Ancien responsable du pôle hospitalo-universitaire de psychiatrie adulte à Rennes (2002 - 2012) - Président du conseil scientifique de la Fondation Deniker et expert près des tribunaux de la Cour d'Appel de Paris.

                   PROFESSEUR ALAIN BRUNET : Enseignant titulaire au Département de psychiatrie de la faculté de médecine de l'Université Mc Gill (Montréal - Canada) - Directeur du programme de recherche Santé mentale et société à l'nstitut universitaire en santé mentale Douglas (Montréal - Canada) - Editeur adjoint de la revue anglo saxonne Journal of Traumatic Stress - Ancien vice-président de l' International Society for Traumatic Stress Studies (USA)

 

                     Suite aux attentats survenus le 13 novembre 2015, de nombreuses personnes (victimes, secouristes, proches témoins, policiers, journalistes, etc ) sont susceptibles de développer des troubles psycho-traumatiques, et notamment un état de stress post-traumatique (ESPT). L'AP-HP a décidé de mener des recherches pour améliorer la prise en charge de ce type de fragilité psychique. Le Pr Brunet, spécialiste du traumatisme à l'Université McGill de Montréal, et le Pr Millet, psychiatre à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, présentent un projet international, promu par l'AP-HP, visant à tester une technique de soins adaptée aux patients souffrant de troubles de stress post-traumatique : le blocage de la reconsolidation, qui consiste à évoquer une situation traumatisante après l'utilisation d'un bétabloqueur. Le  volet action du projet prévoit de former les cliniciens à cette technique tandis que le volet recherche, coordonné par le Pr Millet à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, permettra d'évaluer l'efficience de cette thérapeutique innovante chez 300 patients souffrant de troubles de stress post-traumatique. Cent patients serviront de groupe contrôle en bénéficiant d'un traitement habituel. Quatorze centres, dont neuf hôpitaux de l'AP-HP, ont d'ores et déjà accepté de participer à cette  " recherche-action " soutenue par la fondation recherche de l'AP-HP et par un soutien du Fonds de dotation  MSDAVENIR,  dédié au renforcement des partenariats dans les sciences du vivant en France. 

 

     THEME 5 : PHILOSOPHIE DE LA SANTE : LA FONCTION SOIGNANTE EN PARTAGE

                        PROFESSEUR CYNTHIA FLEURY : Enseignante-chercheuse en philosophie politique et psychanalyste - Fondatrice de la  " chaire coopérative de philosophie à l'hôpital " à l'Hôtel-Dieu, AP- HP - Membre de la cellule d'urgence médico-psychologique du SAMU 75, AP - HP - Professeur à l'Ecole Polytechnique et à l'American University of Paris - Chercheuse au sein du Laboratoire " Centre des Sciences de la Conservation "  du Museum National d'histoire Naturelle.

 

                         La  " Chaire coopérative de philosophie à l'hôpital " à l'hôtel-Dieu, AP - HP , à vocation à réinventer la relation au soin, à la maladie, à la vie et aux autres. Ces autres étant successivement ceux qui nous secourent, nous sauvent et nous soutiennent. La maladie, pour être guérie, demande certes d'être objectivée, mais le sujet malade se vit avant tout comme sujet et non comme malade. Le soin nécessite donc de considérer aussi cette singularité. Il ne s'agit pas de stigmatiser le corps médical mais simplement de faire de l'hôpital le lieu de vie et de réflexion, d'entraide et d'itinérance, qu'il est substantiellement. En intégrant l'hôpital, la philosophie rappelle la nécessité de penser le soin de façon holistique, dans sa totalité. La première qualité du dispositif hospitalier - avant toute technicité - est intersubjective et interrelationnelle. Des liens se tissent entre les différentes personnes qui traversent son espace/temps si particulier : les patients, les familles et le corps hospitalier et médical. L'hôpital doit être pensé comme un lieu d'hospitalité, avec notamment cette fonction soignante en partage, face à l'hôpital comme structure organisationnelle et managériale.  

 

                  

Posté par ECHOS du CIREF à 20:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juin 2016

LANDSCAPE OF THE HUMAN CONDITION THROUGH DIOP AND DUBOIS : Docteur Yves KOUNOUGOUS - Université NICE-CRHI (France)

 

                                NATIONAL COUNCIL FOR BLACK STUDIES

                                      40 TH ANNUAL CONFERENCE

                                        CHARLOTTE, NC

                                         MARCH 16 -19, 2016

 

              FORTY YEARS OF BLACK STUDIES IN THE LOCAL, NATIONAL, AND GLOBAL SPACES  :

               PAST ACCOMPLISHMENTS AND NEW DIRECTIONS

 

                   PAPER : LANDSCAPE OF THE HUMAN CONDITION TROUGH DIOP AND DUBOIS

 

 

 

             Globalisation is that phenomen which implies that all problems, all questioning be henceforth,

tackled, analyzed, at scale, with a global vision, without masking hiding that the fact the dominant ideas are the ideas of the dominant class and that the ideas of the dominant class are the superior ideas. This said I would like to begin my paper while hoping to be received like a research professor within the community of scientific researchers who could hardy serve  methodological obstacles, to underrate the inherent difficulties in scientific researches. that is to say : Scientific validity in its epistemological basement ; Philosophical interpretation of history in relation with in theory, political, psychological, Problem of the direction of the evolution of humanity ; negative value of historical past.

           I was saying therefore that I wish to start my communication in wishing to be exactly received as a

researcher whose subject of study is the black world and its impacts on the Black/Africana Studies in a

narrow sense (stricto sensu : Pedagogic, Programs, Teachings, Methods), but also in a large sense (lato

sensu : Activities : Travel, trips) 

 

           This black world which exists everywhere (in Africa, in Oceania, in Asia, in America) ; in it's

complexity (the question of the perception of the Black demands a double solidarity, a horizontal solidarity

coming outside : the historical facts and a vertical solidarity : the link of civilization which leads to a nidering

path to the others but also introspection) ; in it's diversity (how to preserve the fundamental and essential

dimension of Africa ? with a most important question who doesn't know the lock up problem of space and time :

 

       HOW TO AVOID TOTAL MISUNDERSTANDING BEFORE THE CONDITION OF A BLACK MAN

WHO IS ALWAYS CONCERNED BY CONSCIOUSNESS ?

        To obtain the aimed result, even thought we owe to horkheimer's philosopher, from the francfort

school the idea, the formular which says : " there is no a real life in a wrong life " we must create a new

dynamic according to the egyptian's idea called  " UHEM MESUT " (what is right), in greek  " PARRHESIA

" (freedom speech) , in latin  " LIBERTAS " who give a new vision of black intellectual, with a large culture,

the notion in greek of  " PAIDEIA ".

        I said to obtain a result, we must accept, first, conventional terms, common ideas in link with the

linguistic matter : what is exactly the sense of a word ? to understand myself and to be understood, and

avoid what was called in french middle age period : the fight of sense.

        This is a reason for which we have prefered the pragmatic tradition (Pierce, Dubois, Quine) which

differenciates intuition from concept, which considers that the langage is a simple convention, which has to

be refuted, which takes the axiomatic logic against intuition, and which states that the truth is inseparable

from experimental science, and all the knowledge comes under at the same time langage and facts ;

concerning no issues problems like : is it the egg that gives the chicken or is it the chicken that gives the

egg ; or the story of half-empty glass for some or half-full glass for the others .

        We have later chosen to differentiate the Kemites researchers and the Leucodermes researchers,

then we didn't get better than to split our Kemites researchers, in three category, three groups :

        - The first one who are interested in the Past, the problematic of the Past and the Tradition.

        - The second group who are interested in the Present and it's modern, contemporary problems.

        - The third group interesting in the Future and visionary topics.

        I said to obtain a result we must accept secondly three news paradigms :

         First :

         All researchers (Kemites or Leucodermes) consider that human races appear on the African

continent ; they accept together the " Bipedie " (Transformation from monkey to man) and the brain growth,

 Today nobody accepts the story than is  " stoles create human race "

        The second Paradigm :

         We must recognize that the spirit and the creativity of Kemit people have been stopped by the

Leucoderme people.

         The last Paradigm :

         Afrika lights on Egypt and Egypt lights on Afrika but we must have a new vision, a complete vision,

Afrika lights on America and the Diaspora and America and the Diaspora lights on Afrika.

 

           To conclude this introduction, we must remember that  " defeat today prepares the victories of

tomorow " and I would like to tell you about new methodoligical approach teaching inside Kemites

researchers of Europe and Afrika from my friend Professor Grégoire Biyogo of Gabon who is presently in

Cameroon and the other friend, Professor Jean Charles Gomez Coovi of Benin who lives in France. 

                

Posté par ECHOS du CIREF à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 juin 2016

LA CONDITION HUMAINE DE L'HOMME NOIR A TRAVERS DIOP ET DUBOIS : PERSPECTIVES POUR LES BLACK/AFRICANA STUDIES-Dr Yves Kounougous

 

                                                     NATIONAL COUNCIL FOR BLACK STUDIES

                                                         40 TH ANNUAL CONFERENCE

                                                                      CHARLOTTE, NC

                                                    MARCH 16 - 19, 2016

 

 

                 FORTY YEARS OF BLACK STUDIES IN THE LOCAL, NATIONAL, AND GLOBAL

                  SPACES : PAST ACCOMPLISHMENTS AND NEX DIRECTIONS     

 

            TEXTE : PANORAMA DE LA CONDITION HUMAINE DE L'HOMME NOIR A TRAVERS

                 DIOP ET DUBOIS : PERSPECTIVES POUR LES BLACK/AFRICANA STUDIES (VERSION

             FRANCAISE) -  1 ere PARTIE

 

 

                 AVERTISSEMENT :

                   Pour demeurer en conformité et respectueux d'une certaine déontologie, nous avons fait le choix

       de retranscrire  certaines idées, certaines phrases telles quelles nous ont été transmises par leur  

      auteur ceci pour ajouter de " l'authenticité scientifique " et montrer, prouver que l'auteur de ce texte ne

      pouvait pas mieux dire, mieux faire.                            

             DOCTEUR YVES KOUNOUGOUS                                                             

 

 

           

 

             La Mondialisation est ce phénomène qui implique que tout problème, tout questionnement soit        désormais abordé, analysé a l'échelle, au niveau planétaire ; sans avoir à masquer, à cacher le fait que les  idées dominantes sont les idées de la classe dominante et que les idées de la classe dominante sont les  idées dominantes . Ceci dit je voudrai débuter ma communication en espèrant être percu comme un enseignant-chercheur au sein de la communauté scientifique des chercheurs, qui ne saurait se départir des obstacles méthodologiques, méconnaitre les difficultés inhérentes à la scientificité des recherches : à savoir validité de la science historique dans son fondement épistémologique ; Interprétation philosophique de l'histoire liée au a-priori politique, psychologique ; Problème du sens de l'évolution de l'humanité, du devenir historique ; Valeur négative du Passé historique - Plus exactement être percu comme un simple chercheur qui a pour objet d'étude le Monde noir et ses incidences sur les Black/Africana Studies entendues aussi bien dans un sens stricto sensu (pédagogies,programmes,enseignements,méthodes) que dans un sens lato sensu (activités, voyages).

            Ce Monde noir qui se révèle dans son immensité (c'est -à-dire les régions et groupes d'Iles avec un peuplement noir : Afrique, Océanie, Asie, Amérique) ; dans sa complexite (La question de la perception du Noir implique une double solidarité, une solidarité horizontale en provenance de l'extérieur : les faits historiques et une solidarité verticale : l'Unité de civilisation, qui entraîne un élargissement vers l'ailleurs, vers l'Autre mais aussi un approfondissement de soi-même) ; dans sa diversité (Comment préserver la dimension essentielle et fondamentale de l'Afrique), avec une même question primordiale qui ignore l'enfermement dans un espace et dans un temps : Comment éviter l'incompréhension totale face a la condition de l'Homme noir qui interpelle sans cesse la conscience ?

           Pour atteindre l'objectif visé, même    le philosophe Horkheimer  de l'Ecole de Francfort l'idée, la formule selon laquelle  " il n'y a pas de vrai vie dans une vie fausse " nous devons créer une nouvelle dynamique en conformité avec la notion égyptienne   " d'UHEM MESUT " (ce qui est vrai) ou de celle de la pensée grecque  " PARRHESIA " (le discours libre et vrai) ou encore de  " LIBERTAS " dans la pensée latine ;  et par là, parvenir à former, à prôner un nouveau visage, un nouvel idéal d'intellectuel noir, doté d'une large culture (grammaire, rhétorique, mathématiques, musique, philosophie, géographie, histoire naturelle, gymnastique) inscrite dans la notion grecque de  " PAIDEIA " et qui ouvrait à l'acquisition de vertus cardinales : la Tempérance, le Courage, la Sagesse, la Justice.

           Pour atteindre l'objectif visé je disais donc , il faut l'acceptation de paramètres, d'usages conventionnels (concernant les problèmes liés au langage à savoir  " les mots ont-ils un sens " ? pour se comprendre et être compris, et éviter ce que l'on a appelé au Moyen âge la querelle des Universaux, et autres oxymores ; de plus nous avons privilégié la Tradition pragmatique (Pierce, Dubois, Quine) qui différencie l'intuition du concept, qui considère que le langage comme une simple convention, qu'il faut réfuter l'intuition par le biais de la logique axiomatique, et énonce que la vérité est inséparable de la science expérimentale et que toute connaissance relève à la fois du langage et des faits ; Concernant les apories du style : Est-ce l'oeuf qui donne naissance à la poule ou est-ce la poule qui donne naissance à l'oeuf  ? ou encore l'histoire du verre à demi-plein pour certains et à demi-vide pour les autres ? ; nous avons ensuite fait le choix de différencier les chercheurs Kémites des chercheurs Leucodermes, puis nous n'avons pas trouvé mieux que de scinder nos chercheurs Kémites en trois catégories, trois groupes. Le Premier groupe s'intéressant, tourné vers le Passé et ses thèmes qui portent sur l'Ancien, les Traditions ; Le Second groupe qui s'intéresse au Présent avec ses problématiques contemporaines et modernes ; Le troisième groupe s'intéressant au Futur et aux thèmes visionnaires.

           A l'acceptation de paramètres, d'usages conventionnels s'ajoute l'intériorisation indispensable de trois nouveaux paradigmes :

          - Le premier ; c'est que les scientifiques de tous bords (chercheurs Kémites et chercheurs Leucodermes) s'accordent à penser que l'Afrique est le berçeau de l'humanité, le seul vrai point d'entente porte sur les critères d'appréciation de la progression du singe à l'homme : La Bipédie, à ce sujet, nous sommes le seul primate chez qui elle est totale et permanente ;  mais aussi sur l'accroissement du volume du cerveau, c'est pourquoi plus personne aujourd'hui ne pense que " l'apparition de l'outil fait l'homme ".

          - Le second paradigme ; il faut admettre, reconnaitre que les Leucodermes " ont brisé dans leur élan des civilisations qui n'avaient pas encore tenu leurs promesses, en ne leur permettant pas de développer et d'accomplir toute la richesse des formes contenues dans leur tête, leur inoculant par voie de conséquence un modèle d'occidentalisation qui relèguait à tout jamais aux calanques grecques et dans le concert des nations, la production spécifique et la créativité de ces peuples Kémites " .

         - Le troisième et dernier paradigme ; L'Afrique éclaire l'Egypte et l'Egypte éclaire l'Afrique, vision diopienne, mais aussi et c'est ce qui est nouveau, l'Afrique éclaire l'Amérique et les Diasporas et les Diasporas et l'Amérique éclairent l'Afrique.

           Pour achever cette introduction tout en sachant bien que les défaites d'aujourd'hui préparent les victoires de demain, nous aurions eu tort de ne pas reconnaitre ou de ne pas évoquer la pertinence de l'apport des nouvelles approches méthodologiques qui devraient être mise en place pour nos chercheurs Kémites d'Europe et d'Afrique, sans vouloir les imposer aux chercheurs Kémites d'Amérique et des Diasporas, il s'agit de la méthode Quinaire de mon ami le Professeur Grégoire Biyogo du Gabon qui se trouve actuellement au Cameroun, et celle de mon autre intime, le Professeur Jean-charles Gomez Coovi du Bénin qui se trouve actuellement en France.

Posté par ECHOS du CIREF à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2016

BLACK POWER PARTY : NEVER FORGET TO BUILD A NEW FUTURE -Yves kounougous -PHd -Brazzaville(Congo)-Nice CRHI France)-NCBS (USA)

 

 

             50 th ANNIVERSARY OF BLACK PANTHER PARTY

      SPECIAL ISSUE : SPECTRUM : A JOURNAL OF BLACK MEN

                                (VERSION ANGLAISE)

 

 

      BLACK POWER PARTY : NEVER FORGET TO BUILD A NEW FUTURE     

 

  Black peoples (Africa, Asia, Oceania, America) stand out in the History of mankind 

  by a succession of dramatic event (Slavery, Revolt, Secession, Apartheid, Revolution)

  which proved to be an added value at the pantheon of human dignity, because every

  time his dignity was tested ; Black peoples stumbled to better stand up, straighten up

  and face his destiny...

     In this context, the special situation of African-Americans shows what a community

    can do when we want to eliminate it. View from inside the Black Power Party showed

    its organizational capacity (Program in ten points ; Liberation schools ; Journal :

    The Black community news) ; its resistance power (Black liberation army) to the point

    of shaking the system, in return, the system search by all means to dismantle                                                       

  the Party (Infiltration, Intoxication  " an every agent behind every mailbox " ) to finally arrive, with

  difficulty to destroy the Party (Secret Service - FBI - Operation COINTELPRO)

   But had they imagined that 50 years later his memory would be even more vivid in the mind ?

   In the collective imagination the Black Power Party is a symbol of the struggle of Black peoples against

   oppression, a standard bearer who embodies the newfound fredoom of Black peoples who claim the

   end of an exploitative system, this denunciation of the U.S. system contradictions was made violently

   continues today in other forms and others means of actions just as powerful, but without wearing the

   clothes of the violence (Black lives matter).

   this seems to be both an expression of the search for a new African-americans identity and the

   translation of the human suffering of the black men in a globalized world.

   He will comes the day when together, We, Black peoples (Africa, Asia, Oceania, America) will think

   that whatever the ground where flowed the blood of one of us, the sun never sets...

 

 

                            yves kounougous, PHd, Université de Brazzaville (Congo) -

           Université de Nice - CRHI (France) , IMHOTEP - CIREF (France) - NCBS (USA) 

 

  

 

 

Posté par ECHOS du CIREF à 17:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

50 TH ANNIVERSARY OF THE BLACK PANTHER PARTY : Docteur Yves Kounougous - Brazzaville (Congo) - Nice-CRHI (France)

 

 

 

                                      50 th Anniversary of the Black Panther Party

                        Special issue : Spectrum : A journal of Black Men

                                            (version française)

 

 

 

   BLACK POWER PARTY : NE JAMAIS OUBLIER POUR CONSTRUIRE UN NOUVEL AVENIR

    

      Le peuple noir (Afrique, Asie, Océanie, Amérique ) se singularise dans l'histoire de l'humanité par une  succession d'évènements dramatiques (Esclavage, Révolte, Sécession, Apartheid, Révolution) qui se sont révélés être une plus-value au panthéon de la dignité humaine, car à chaque fois où celle-ci était mise en jeu, à l'épreuve pour être plus précis ; le peuple noir a trébuché pour mieux se relever, redresser la tête et affronter de nouveau son destin. Dans ce cadre, ce contexte, la situation particulière des Afro-américains esr révélatrice de ce que une communauté, est capable de faire, face à son anéantissement programmé ; vue de l'intérieur, elle a  à travers le Black Power Party, montré sa capacité d'organisation (Programme en dix points ; jeune Panthére ; école de la liberté ; Journal : Nouvelles de la communauté noire) son pouvoir de résistance (Armée noire de libération) au point d'en être arrivé à faire chanceler le système, qui dès lors, à chercher par tous les moyens à le démanteler (Infiltration, Intoxication  " un agent secret derriere chaque boite électronique " ) pour  finalement parvenir non sans mal, à le détruire (Service secret -FBI- opération COINTELPRO)

     Mais avait-on imaginé que 50 ans plus tard, son souvenir serait encore plus vivace dans les esprits ?

    L'imaginaire collectif s'est emparé de l'image du Black Power Party comme le symbole de la lutte de tous les peuples noirs contre l'oppression, un porte étendard qui incarne la liberté retrouvée des peuples noirs qui revendiquent la mise à l'écart d'un système fondé sur l'exploitation, cette dénonciation faite de manière violente à l'époque, des contradictions et des méfaits du système américain perdure de nos jours sous d'autres formes et avec d'autres moyens d'action tout aussi puissants et redoutables, sans toutefois revêtir les habits de la violence qui prévalait autrefois (Black lives Matter).

   Cela semble être à la fois l'expression de la recherche d'une nouvelle identité Afro-américaine et la traduction à plus grande échelle de la détresse humaine de l'homme noir dans un monde globalisé.

   Viendra t-il ce jour où d'un seul élan, Nous, Peuple noir d'Afrique, d'Asie, d'Océanie, d'Amérique, parviendrons à concevoir que quelque soit le sol où a coulé le sang d'un seul d'entre nous, le soleil ne se couche jamais...

 

 

 

         Yves kounougous, Docteur en Philosophie, Université de Brazzaville (Congo) Université de Nice-CRHI (France), IMHOTEP/CIREF (France), NCBS (USA)  

Posté par ECHOS du CIREF à 15:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 avril 2016

POEME FRANCOPHONE : SEQUENCE 6 - ALAIN ALFRED MOUTAPAM - NOUVELLE POESIE POUR UN MONDE MEILLEUR - FEMME SANS COEUR

 

 

                       FEMME SANS COEUR

 

                     J' AI RENCONTRE UNE FEMME D AILLEURS

                     ELLE N' AVAIT RIEN D' UNE FEMME MALGRE SES LEURRES

                     J'AI RENCONTRE UNE FEMME SANS COEUR

                     QUI CROYAIT VIVRE DANS LE BONHEUR

                     J' AI RENCONTRE UNE FEMME AMERE 

                     ELLE IGNORE SON MALHEUR

                     J'AI RENCONTRE UNE FEMME SUR TERRE

                     SON COEUR ETAIT TOUT RANCOEUR

                     J'AI RENCONTRE UNE FEMME PANTHERE

                     AVAIT-ELLE ENTENDU PARLER D'ENFER

                     J'AI RENCONTRE UNE FEMME TETE EN L'AIR

                     ELLE INVOQUE LA GALERE

                     POUR TOUS CEUX QU'ELLE CROISE SUR TERRE

                     J'AI RENCONTRE UNE FEMME

                     QUI NE DEVAIT ETRE FEMME

                     CAR SON COEUR ETAIT TOUT FER  

 

 

                                                       ALAIN ALFRED MOUTAPAM

Posté par ECHOS du CIREF à 21:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

POEME FRANCOPHONE : SEQUENCE 6 - OZOUA - JE M'EN VAIS - MAN KA PATI

 

                   MAN KA PATI

                   MAN DI'Y MAN KA PATI

                   MAN KE PETET DEVIRE POU VAKANS

                   MAN KA PATI KITE PEYI-TALA

                   EPI FREDI'Y, EPI BETON

                   MAN KA TITOUNEN AN PEYI-MWEN

                   ANBA SOLEY CHO A

                   MAN KA PLOJE AN LANME BLE A

                   MAN KAY MANJE FRUIYAPEN-MWEN

                   BANNANN-MWEN, DACHIN-MWEN, TOULOULOU-MWEN

                   MAN KAY MANJE PWASON E DIRI-MWEN

                   MANGO, ZABOKA, ZORANJ

                   PWADANGOL E TOUT BON BAGAY

                   KI AN PEYI-A

                   MAN KAY VINI GRO, GRA, VAYAN, BEF DEBATJE

 

 

                                                                OZOUA 

 

Posté par ECHOS du CIREF à 21:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]