Les ECHOS du CIREF

28 février 2020

BARADANE.A : PORTRAIT D'UN ÊTRE SIMPLE EXTRAORDINAIREMENT COMPLEXE - PAR YVES KOUNOUGOUS (PHd)-CRHI (NICE)-NCBS(USA)-DISA(USA)

        - Nous avions déjà consacré un article  à ces contrées et pensées méconnues intitulé :ESQUISSES DE

    PHILOSOPHIE INDIENNE : EXPLICATION ET APPRECIATION DES QUATRE NOBLES VERITES

    BOUDDHIQUES "  ; Mais si vous aimez aller à la rencontre de l'inhabituel,

    si vous souhaitez répondre à l'appel de l'inconnu, n'hesitez surtout pas à entrer en relation " Par toutes

    les " voies légales " possibles en contact avec ce haut ( " mais de petite taille " ) et prestigieux

    personnage dénommé BARADANE, véritable (ré)incarnation en ce xxi siècle débutant d'un A) Nouveau

    capitalisme, saupoudré  " d' humanisme " et teinté de justice sociale ; Et d'une  B) conception

   philosophique particulière de l'existence où se conjuguent, convergent, s'entrelacent, pêle mêle  1) Le

   concept nouveau de  " Capitalisme social "  2) Les notions d'amour, d'être, de bien-être, 

   d'épanouissement du corps et de l'esprit.

    -  En effet, l'on pourrait présenter, résumer, synthétiser sa  " doctrine " , au risque d'être en deça de sa

  pensée, autour de deux visions : L' une rattachée essentiellement à l'Être où il expose sa conception

  philosophique particulière ; L ' autre liée à son environnement extérieur, plus précisément le pôle

  économique (l'économie) où il développe dans le cadre global de  " FRANCE INNOV " ses idées

  révolutionnaires.

     - Sur sa conception philosophique particulière de l'être ; douze (12) mudrac (voir Descriptif photo n° 6 :

   Bhumisparsa mudrac,  Varada mudraca, Dhyama mudrac, Abhaya mudrac, Dharma chakra mudrac,

  Vitarka mudrac, Jarjani mudrac, Namascara mudrac, Inama mudrac, Karama mudrac, ksepama mudrac,

  Uttarbodhi mudrac) servent à maintenir la paix sociale, à s'élever spirituellemnt, à se défendre contre 

  toutes les attaques visibles et invisibles ; Et sont complétés par les huit (8) danses sacrées (voir Descriptif

  photo n° 3 ) qui constituent l'héritage culturel de l'humanité. Plus proche de nous, Baradane A. une vision,

  une approche classique de la famille (Père, Mère, Enfant) , et il considère qu'il est possible de retrouver la

  vitalité naturelle du corps et de l'esprit (Descriptif photo n° 0 ) par le biais, l'entremise de produits naturels

  dédiées, valables pour le corps, la peau, le visage, les cheveux, les muscles (Descriptif photo n° 5)

    - Son plaidoyer pour une nouvelle justice sociale, qui consiste à promouvoir un nouveau capitalisme

   imbibé de justice sociale s' articule  1) autour du désir; d un souhait de vouloir " booster le commerce

   éthique mondial " (voir descriptif photo  A ) qu'il schématise, idéalise, symbolise autour d'une possible

  mise en fleurs de l'économie (voir descriptif photo B) et d'une convergence, d'une interaction, d'une

 connexion entre L'Economie, la Famille, et la Science (voir descriptif photo C) et qu'il concrétise dans le

  cadre de sa structure (France Innov voir descriptif photo D) et ses ramifications (Afrika Innov).

 

   - Pour achever cette description sans vraiment conclure, certains doutes subsistent, certaines

  interrogations demeurent en suspens : Peut-on accorder du crédit à tout ce que développe Baradane A. ?

  Dans quelle mesure et jusqu'où peut-on absorber toutes ces informations ?  ; Je dirai pour ma part qu'il

  faut toujours savoir préserver, dans tout ce que l'on dit et entreprend, une part de mystères. 

 

 

 

    

   P.S . Nos lecteurs (pour des raisons techniques) ne trouveront les descriptifs photos dans un courrier qui leur parviendra ultérieurement

 

Posté par ECHOS du CIREF à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 janvier 2020

LA POESIE AFRICAINE - NOEL X. EBONY " NOUS "

 

 

                     NOUS

                     TEMPÊTES ANONYMES

                      LES GRILLES DE LA NUIT SE SONT RENFERMEES

                      SUR NOS COLERES ET NOS HUMILIATIONS

                      ARRACHONS A NOTRE VOLONTE LA VIE QUI COULE

                      DE NOS DOIGTS ENSANGLANTES

                      ET TUONS

                      LA MORT

                      LA VIRGULE SERA NOTRE DEVISE

                      PLUS DE VIE ENTRE PARENTHESES

                      POINT DE POINT FINAL A NOTRE PAROLE

                      VIRGULE

                      VIRGULE

                      RIEN QUE VIRGULE

                      CAR

                      NOUS

                      TEMPÊTES ANONYMES

                      APPORTONS LA PAIX MAJESTUEUSE

                      D'UNE VIE DE RIRES SANS

                      FIN               

                                        

                                                   NOEL X. EBONY    " NOUS "                    

                                            

Posté par ECHOS du CIREF à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2019

LA POESIE AFRICAINE - SONY LABOU TANSI " LES MOTS ME CHARMENT "

 

 

                      LES MOTS ME CHARMENT

                         ME FONT SIGNENT

                      ET DEMANDENT QUE JE LEUR TROUVE

                         DU TRAVAIL

                       A N'IMPORTE QUEL SALAIRE

                       LES MOTS VIENNENT EN FOULE

                          SOUS MA PLUME

                        COMME DES PROLETAIRES

                          LES MOTS REVENDIQUENT

                          LEURS DROITS A LA PAROLE

                        ET VEULENT ETABLIR LA DICTATURE

                          DES MOTS SUR LA VIE

                        IL LEUR FAUT QUELQU'UN QUI LES COMPRENNE

                          QU'IL LES PRENNE

                           A SON SERVICE

                        HELAS ! JE NE SUIS PAS CELUI LA

                          LES MOTS CROISENT LES MAINS

                          S'ASSOIENT ET S'ENDORMENT

                           AUX PIEDS DU POETE

                          QUI SEUL CONNAÎT LEUR VALEUR

                          LES MOTS VONT MOURIR SI QUELQU'UN

                           NE LES REMUE A TEMPS

                           LES MOTS SONT DU SILENCE QUI PARLE

                           DES BULLES DE SILENCE QUI PARLENT

                                           SONY LABOU TANSI   " LES MOTS ME CHARMENT "

Posté par ECHOS du CIREF à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2019

LA POESIE AFRICAINE - CHENJERAI HOVE " TU OUBLIERAS "

 

 

         SI TU RESTES TROP LONGTEMPS A L ' AISE

          TU NE CONNAITRAS PAS

          LE POIDS DU POT A EAU

          SUR LA TÊTE CHAUVE DE LA PAYSANNE

          TU OUBLIERAS

          LE POIDS DE TROIS BOTTES DE CHAUME

          SUR LE CLOU MUSCLE DE CELLE

          DONT LE BEBE PLEURE SUR SON DOS

          A CAUSE D 'UN BRIN D 'HERBE DANS L'OEIL

          A COUP SÛR, SI TU RESTES A L'AISE TROP LONGTEMPS

         TU NE CONNAÎTRAS PAS LA DOULEUR

         DE L'ACCOUCHEMENT SANS INFIRMIERE EN BLANC

         TU OUBLIERAS

         LA DOULEUR BATTANTE D 'UNE PIQÛRE D 'EPINE

         POUR QUI PORTE UN FARDEAU SUR LA TÊTE

         SI TU RESTES A L'AISE TROP LONGTEMPS

        TU OUBLIERAS

        LA PLAINTE DANS LA VALLEE

        DE CELLES QUI PERDENT UN MARI A LA MINE

        TU OUBLIERAS

        LA RUDE POIGNEE DE MAIN DES PAUMES RUGUEUSES

        PLEINES DE CHAGRIN DANS LES LARMES DE L'ENTERREMENT

        SI TU RESTES A L'AISE TROP LONGTEMPS

       TU N'ENTENDRAS PAS

        LA VOIX STRIDENTE DES VIEUX GUERRIERS CHANTER

        LES DERNIERS CHAMPS DE BATAILLE ENGRANGEES

        TU OUBLIERAS

        LES PIEDS NUS INSENSIBLES

        QUI ETEIGNENT LA TERRE CHAUDE RETOURNEE PAR LA CHARRUE

        TU OUBLIERAS

        LA VOIX DE LA SAISON QUI PARLE AUX BOEUFS

       

 

                          CHENJERAI HOVE    " TU OUBLIERAS "   (traduit de l'anglais par Jean Pierre Richard)  

         

 

      

 

 

          

Posté par ECHOS du CIREF à 16:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2019

LA POESIE AFRICAINE - VERONIQUE TADJO " IL FAUDRA "

 

 

                                          IL FAUDRA

                                          CONTINUER A PARCOURIR LES PISTES

                                          ET LES CHEMINS SANS FIN

                                          APPRENDRE A NOUVEAU

                                          LE CHANT D 'UN CALAO

                                          NE PLUS CHERCHER EN VAIN

                                          QUELQUES BRAS QUI SE TENDENT

                                          OU REGARDER SANS CESSE

                                          L'OMBRE DE NOS PAS

                                         TU AURAS POUR T 'AIDER

                                          LE TAM-TAM PARLEUR

                                          ET LA BEAUTE DES CHAMPS

                                          GORGES DE SOLEIL ET DE PLUIE

                                          ECRASER TA SOLITUDE

                                          DU FOND DE TA RETRAITE

                                          ET PIETINER LES MOTS

                                          SACRILEGES ET PARJURES.                                            

Posté par ECHOS du CIREF à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 septembre 2019

LA POESIE AFRICAINE - AGOSTINO NETO - " NUIT "

 

 

                                                     JE VIS

                                                     DANS LES QUARTIERS SOMBRES DU MONDE

                                                     SANS LUMIERE ET SANS VIE

                                                     JE MARCHE DANS LES RUES

                                                     A TATONS

                                                     APPUYE SUR MES RÊVES VAGUES

                                                    TREBUCHANT SUR L'ESCLAVAGE

                                                    DANS MON DESIR D ' ETRE

                                                    CE SONT DES QUARTIERS D 'ESCLAVES

                                                     DES MONDES DE MISERE

                                                     DES QUARTIERS SOMBRES

                                                     OU LES VOLONTES SE SONT DILUEES

                                                     ET OU LES HOMMES SE SONT CONFONDUS

                                                     AVEC LES CHOSES

                                                     JE MARCHE EN TÂTONNANT

                                                     DANS LES RUES SANS LUMIERE

                                                     INCONNUES

                                                     ENCOMBREES DE MYSTIQUE ET DE TERREUR

                                                     BRAS DESSUS BRAS DESSOUS AVEC LES FANTÔMES

                                                     LA NUIT AUSSI EST SOMBRE

 

 

                                                      AGOSTINHO NETO      " NUIT "

 

                           

Posté par ECHOS du CIREF à 16:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 août 2019

LA POESIE AFRICAINE - MUKALA KADIMA - NZUZI " FEU "

 

     

                                                            L' alléluia des arbres

                                                    en ce dimanche au goût d'orange

                                                           où mord depuis toujours

                                                    la berceuse des steppes alanguies

                                                         coiffée de lune ou de soleil

                                                    circule parmi les feuilles trop vieilles

                                                         pour dompter ma sève

                                                              qui s 'énerve

                                                           fermons les yeux 

                                                       vivons à l'envers du jour

                                                   de l'autre côté du vent et de la pluie

                                                  nous taillerons nos rêves et nos délires

                                                       dans l'écorce du citronnier

 

 

                                                  MUKALA KADIMA -NZUZI     " FEU "

                                                        

Posté par ECHOS du CIREF à 18:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2019

LA POESIE AFRICAINE - ALAIN MABANCKOU - " JE NE SAIS SUR QUELLE MAPPEMONDE "

 

                                                     

 

                                             JE NE SAIS SUR QUELLE MAPPEMONDE

                                                       LIRE TES FRONTIERES

                                                    JE N'AI PLUS L'HABITUDE

                                                       DES INTERVALLES

                                                       ET DES REPERES 

 

                                                     MES SONGES  ONT PERDU

                                                    LEUR CENTRE DE GRAVITE

 

                                                   LA PATRIE EST UNE HERBE

                                                         QUI PROSPERE

                                                  SUR LES TERRES VAGABONDES

                                                  LA PLACE DES LARMES L'ENRACINE

                                                         DANS L'HUMUS

                                                   L'EXIL EST SON ENGRAIS

 

                                                     

                                                             ALAIN MABANCKOU

 

                                                      " JE NE SAIS SUR QUELLE MAPPEMONDE "

Posté par ECHOS du CIREF à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mai 2019

POUR UNE HEURISTIQUE DE LA DECONSTRUCTION - MAÂT GREGOIRE BIYOGO - ICAD (GABON) - IMHOTEP (FRANCE) - PARTIE 1

  

  - Trois manières de résister au silence et à l'indifférence au sujet de l'examen du problème de l'esclavage, des deux Traites des Noirs et de la nécessaire réparation qui s'y attache.

  Réfléchir sous le signe de la résistance, c'est inviter à recommencer radicalement à disserter sur ces sujets anciens, vieux de plusieurs centenaires, mais souvent présentés depuis, avec les mêmes lacunes, les mêmes insuffisances, les mêmes obstructions, le même cynisme, le même négationnisme, le même révisionnisme. L'acte de résistance auquel invite ce texte se donne alors comme moment dynamique visant à réfuter les faiblesses et les dévoiements élémentaires de toute recherche encore inhibée, gênée, voire hésitante, plus empirique que formelle, avalisant les simplifications les plus grotesques, les amalgames, les confusions souvent calculées autour d'une question aussi décisive que l'Esclavage et les deux Traites des Noirs transsaharienne et transaltantique, lesquelles révèlent soudain la manière petitement barbare des Actes humains à l'encontre des hommes eux-mêmes, dans des Etats tenus pour civils, démocratiques et planétarisés... C'est aussi inviter à reformuler les définitions, à redéfinir les principales questions qui en commandent l'économie générale autant que la compréhension préliminaire, car l'on peut indéfiniment falsifier la vérité en la soumettant au régime des affirmations erronées, indémontrables, avec des raccourcis impérieux. Dès lors on engage une recherche jurant avec des limites inacceptables, se maintenant toutefois par la force, il importe alors d'y résister, pour son déficit de documentation attestée, d'historiographie critique, de connaissances attestées, et plus encore pour sa pathétique méprise méthodologique.

 En tant que les Traites comportent des monstruosités (crimes odieux commis pendant plusieurs siècles, déportation dans des camps de concentration nazis, programme d'extermination) il s'agit d'un évènement extrême, ne tolérant aucune concession heuristique, aucune falsification, mais un corps à corps permanent avec les faits, avec l'analyse critique, l'état de la recherche afin d'orchestrer un nouveau démantèlement des outrages de la Raison, à la manière de l'Ecole de Francfort. L'Heuristique des Traites est autant inconsolable qu'irrémissible, tant les contre-vérités et les superstitions des Traites appelle à une interrogation incessante, d'interminables corrections, d'incessantes rectifications, d'interminables réévaluations.

 En effet, au sujet de l'événement de l' esclavage et de ses deux Traites négriéres, il est nécessaire et impératif, aujourd'hui que les savants et érudits africains et kémites du monde entier (sans proscrire les chercheurs universalistes acquis à la Maât, d'où qu'ils soient, laquelle veut que la science soit l'Affaire triangulée de la justice, de la vérité et de la mathématique) , choisissent de se pencher eux-mêmes sur cette question avec exigence, loin des passions, loin des pièges du manichéisme, du racialisme dogmatique, du psychologisme, en commençant par respecter trois impératifs méthodologiques.

 1- Résister à la prépondérance et à la naturalisation des contre-vérités sur les deux Traites, au système dogmatique de ce pseudo-savoir, en réfutant toute tendance au révisionnisme, au négativisme, à la falsification intentionnelle, aux réductionnismes, au manichéisme plat, et par dessus tout, à l'absence de démonstration, de preuve, à l'affirmation démagogique, à la mauvaise foi. Dédogmatiser le massif de faussetés accumulées autour de ces récits hallucinants, et cependant considérés comme recevables, en dépit de leur caractère souvent non scientifique... Autant de choses que Cheikh Anta Diop a rappelée et mise en oeuvre dans son livre inaugural, Nations nègre et culture, ou comme René Descartes ruinant la science de son temps, il réfutait le paradigme racialiste, dogmatique et erroné sur l'Afrique, au nom de la vérité historique, en usant de la démonstration, l'argumentation attestée et la réfutation. Il reste que, et le fait est significatif, Diop n'a pas produit d'ouvrages spécifiques sur les Traites négriéres, sans doute est-ce parce que, en prenant le taureau par les cornes, en pointant d'abord le problème épistémologique de la méthode, de la rigueur de l'argumentation et de la justesse de la documentation au sujet de l' Histoire et des institutions anciennes de l'Afrique, de ce point de vue, il a ouvert la voie à toutes les autres recherches futures, pour qu'elles se conforment, à l'obligation minimale de rigueur, à la démonstration, au statut de la scientificité des énoncés. C' est pourquoi les diopiens peuvent continuer son entreprise heuristique, en s'appuyant sur le travail qu'il a engagé sur la dimension méthodologique qui seule garantit l'éclosion de la vérité. C' est donc ce que nous allons envisager ici, en diopien, nous arrêtant sur la cohérence interne de l'information scientifique, de l'argumentation, et en questionnant des discours à peu près muets  sur le sujet qui nous préoccupe ; en priorité pour introduire avec méthode et gravité à la réflexion sur la question desTraites négriéres et de l'esclavage.

  Mais de quoi s'agit-il ? Qui instruit la question ? Qu'en attend t-on, au terme de sa description ? les savants, philosophes, et politologues et juristes africains et Noirs du continent et de la Diaspora s'en sont-il réellement saisis en termes d'équipes scientifiques, de coordination des résultats, en finançant scrupuleusement les travaux ? Existe-t-il à ce jour un état exhaustif de la recherche sur cette question, produit par les Africains et les descendants de l'Afrique eux-même ? avec un regard internaliste, et nécessairement critique, autocritique, acquis à la neutralité axiologique dans l'analyse ? Avec des banques de données exigeantes, des analyses fiables, actualisées, recoupées, réévaluées ? avec des colloques annuels, des débats relayés par la philosophie, le droit, la politique, l'économie, le tout encadré par des méthodes fiables ? par exemple en posant avec pertinence le problème des dates, des chiffres, de la bibliographie autorisée, des méthodes fermes, des éléments quantitatifs au sujet des descriptions imputés, indépendamment des fausses querelles de chiffres, des polémiques oiseuses dans un phénomène qui a nié le statut d'homme aux Noirs. Il appert que nous sommes face à un immense chantier heuristique encore en gestation, lequel exige de mutualiser les moyens et les compétences des chercheurs et des Laboratoires pour produire un état de recherche exhaustif et actualisable. Il importe donc de circonscrire rigoureusement les recherches en garantissant le cadre méthodologique et la définition formelle des notions, des objets. Ici la méthode invoqué est la Déconstruction dans l'acception derridienne d'une opération de pensée qui ruine le point de vue unique, le paradigme de la science normal, investi comme la seule dominante, laquelle se reproduit invariablement, sans résoudre correctement ses problèmes, ses énigmes contre toute forme de réfutation, des connaissances accumulées mais fausses, ankylosées, ignorant tout de la différence, de l'altérité, de la variation différenciée du Même, c'est donc sur le mode de la déconstruction des vérités établies, enseignées depuis des âges sans être réfutées que j'engage cette introduction aux recherches sur l'Esclavage et les deux Traites négrières. J'entends donc déblayer l'horizon méthodologique, autant que celui épistémologique, qui vise l'évaluation de la valeur des connaissances dominantes. J'entends montrer que le savoir sur ces questions est obsolètes, et qu'il est cependant enseigné dans les Universités comme tel, quand bien même il est parfaitement irrecevable. Déconstruire ces pseudo-connaissances est l'objet de ce texte introductif .

 2 - Résister, ici c'est de la sorte reprendre par soi-même - et par la suite, avec les Autres, en l'occurence ceux qui ont fini par se convaincre que cette question-là, bien qu'elle soit ciblée, emporte le destin général de l'humanité, celui de tout Homme, Résister, c'est dès lors reprendre la question dès le commencement, au lieu de sa déclinaison antérieure, pour la retourner autrement, la soumettre à l'épreuve de la vérité, de l'analyse logique, économique, juridique et politique, pour l'éclairer dans ses divers enjeux et ses multiples significations, pour la libérer du faisceau de préjugés qui l'entourent, la faussent, la confinent encore aujourd'hui à la polémique, au regain d'obscurantisme, au ressentiment, à la division racialiste, au mépris de l'Autre, avec des versions falsifiées, pour le moins pauvres, approximatives, des regards idéologiques, qui prolongent le fonds philosophique désastreux qui a vu naître la question, comme si celle-ci ne relevait pas déjà assez de l'Impensable, pour devoir encore la minimiser à l'extrême, et cela depuis des siècles, en en atermoyant les véritables interrogations, et en abrogeant les véritables décisions, les véritables enjeux cognitifs et politiques. Il s'agit donc de récupérer la question là où elle a été confisquée, là où elle a été noyée dans la confusion, reléguée à l'insignifiance. Mais il s'agit aussi de la regarder froidement dans la cruauté de son avènement, de son organisation, de son long déroulement oedipien - on le sait désormais, sans jamais l'avouer : il s'agit du plus long scandale de l'histoire humaine (VII siècle - XX siècle pour la Traite arabo-musulmane (650/652 -1920), et première moitié du XV siècle et première moitié du XIX siècle pour la Traite christiano-transatlantique (1450 - 1869). Reprendre la question pour elle même, pour ce qu'elle apprend à désapprendre nos certitudes les plus aveugles, nos croyances les plus ignorantes, en s'attardant sur l'économie générale de la bestialité qui la voit naître, sur la logique marchande qui la porte de part en part, l'habite et la circonscrit, avec son programme asservissant, hiérarchisant, co-fondateur entre autres du capitalisme, avec ses effets d'amplification, selon le prisme de l'extension du commerce odieux, son espèce de mise en forme de la mondialisation avant la lettre, sa volonté de se prolonger, de recommencer sans cesse, de perdurer, de s'éterniser jusques et y compris après la prescription des Abolitions (Pacte de Vienne), à moins que ce ne fût une stratégie de contre-résistance menée par les anti-abolitionnistes et leur grammaire des ruses d'Abolition sans cesse différées, atermoyées, la pratique étant toujours en violation des lois appelant à l'Abolition, ignorant impunément, superbement, le principe d'abolitionniste lui-même. l'Abolition était alors ce qui n'advenait jamais de manière ferme. On n'était jamais assez abolitionniste...

 3 - Il y a une troisième façon de résister aux descriptions erronées des Traites négrières, autrement plus radicale, c'est en se débarassant des illusions, des erreurs de jugement, par exemple en pensant que les Etats africains actuels ou l' UA dans une Afrique tétanisée par des accords de coopération encore et toujours déséquilibrés et financés par des puissances extérieures, pourrait se saisir de ce dossier et le faire aboutir... c'est pour cela que cette question est en otage dans les Etats africains postcoloniaux, qui sont eux-même les produits de la Colonie, et de la Traite. Ou même le fait encore plus saugrenu de penser que ce sont les Etats Européens, américains ou arabes qui vont apporter des solutions a ces problèmes lors même que celles-ci les condamneraient à de lourdes réparations financières. Ou même le fait de ne pas se douter de l'importance de la Diaspora en Exil à qui il échoie pour une large part la responsabilité Historique de coordonner ces études, en recourant à des chercheurs, universitaires, experts compétents, à des syndicalistes et à des combattants de la liberté documentés. L'un des enjeux de cette forme de résistance est de lire et d'écrire avec précision , rigueur, et quelque distance critique l'Histoire, la science et la philosophie.

II - REFUTER 25 IDEES FAUSSES SUR LES DEUX TRAITES ET L'ESCLAVAGE DES NOIRS

Posté par ECHOS du CIREF à 15:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 avril 2019

LE TESTAMENT SPIRITUEL DE MUBABINGE BILOLO - PROFESSEUR MUBABINGE BILOLO - COMMENTAIRE YVES KOUNOUGOUS (PHD) - FRANCE

 

           CHERS AMIS DE JESUS ET AUTRE,

  JE REFUSE DE M'INCLINER DEVANT N'IMPORTE QUEL AVENTURIER, MONSTRE OU DIEU EURASIATIQUE, CETTE RELIGION EST FAUSSE ET ELLE EST UNE ARME DE DOMINATION. LA DOMINATION SPIRITUELLE EST LA CONDITION DE TOUT AUTRE DOMINATION.

   JE N'AI AUCUN DESIR D'ALLER ME METTRE A CÔTE DE JESUS, DE MARIE, DE ALLAH, ET AUTRES ANCÊTRES D'AUTRES RACES. JE SALUERAI CERTES TOUT HOMME OU TOUTE CREATURE QUE JE CROISERAI SUR MA ROUTE, COMME JE LE FAIS SUR TERRE.

   APRES MA MORT, J'IRAI AUPRES DE MES ANCÊTRES, CHEZ LE DIEU DE MES ANCÊTRES, CHEZ LE DIEU DE MES ANCÊTRES, MUNGU-NZAMBI-MAWESHA, IMANA, DANS LE VILLAGE DES BANANES QUE JE MANGERAI A L'OMBRE DES PALMIERS DU CIEL.

  MA JOIE, MON BONHEUR, C' EST AUPRES DE MES ANCÊTRES. C'EST AVEC EUX QUE J'IRAI DANSER LE MUTWASHI ET LE RYTHME DE BOB MARLEY.

 MON PEUPLE, MA RACE, N'A PAS BESOIN DE SALUT, CAR L'ENTREE DANS LE VILLAGE BALAYE DES BANANES N'A JAMAIS ETE FERMEE.

 LES MORTS NE SONT PAS MORTS. LA MORT N'EXISTE PAS. JE SUIS UNE ETOILE IMPERISSABLE. JE SUIS AVEC MON DIEU CREATEUR ET MES ANCÊTRES ICI SUR TERRE, J'ETAIS AVEC EUX AVANT DE VENIR VISITER LA TERRE ET JE SERAI AVEC EUX POUR L'ETERNITE.

 LE DIEU DE MES ANCÊTRES, NZAMBI-MUNGU-MVIDI-MUKULU-UNKULUNKULU ET MES ANCÊTRES, LA VISION D'UNE AFRIQUE HEUREUSE ET UNIE DANS L'AU-DELA, CONSTITUENT L'ESSENTIEL DE MES ATTENTES.

 SI MON PERE, MA MERE, MES ANCÊTRES, N'INTERCEDAIENT PAS POUR MOI A L'ENTREE DE KALA-KAKOMBA, DU VILLAGE BALAYE, JE RENONCERAIS A CE VILLAGE. JE NE METTRAIS MES PIEDS DANS  CE VILLAGE SUR L'INTERCESSION D'UN JESUS, D'UNE MARIE OU DE TOUT AUTRE MONSTRE.

 SI L'EURASIATIQUE A UN DIEU QUI EST BON, IL DOIT LE PROUVER ICI SUR TERRE. CÔTE D'IVOIRE EST AUJOURD'HUI VICTIME DE LA BARBARIE EURASIATIQUE. LA LYBIE EST DETRUITE.YEMEN EST SANS SOUTIEN.HAITI EST SANS SOUTIEN.

 LES OEUVRES DU CHRISTIANISME SONT AMERES. JE SUIS DEVENU RARE DANS LE MILIEU AFRICAIN, CAR J'AI COMPRIS QUE MES FRERES ET SOEURS SONT DES ESCLAVES SPIRITUELS QUI PEUVENT SACRIFIER LE CONTINENT POUR ENTRER AU CIEL DES EURASIATIQUES .  " QUI PEUVENT " N' EST PAS LE TERME ADEQUAT, IL FAUDRAIT DIRE  " QUI SACRIFIENT ".

 ILS NE PRIENT PLUS LEURS ANCÊTRES, ILS NE CITENT PLUS LE NOM DE LEURS PARENTS. ILS NE RÊVENT PLUS D'ALLER RETROUVER LEURS PROPRES ENFANTS QUI SONT DEJA MORTS, LEURS PROPRES AMIS QUI SONT DEJA PARTIS, ILS NE RÊVENT QUE D' ABRAHAM, JESUS, ET MARIE. ILS ONT PERDU ET PERDENT BEAUCOUP DE TEMPS POUR S'OCCUPER DES NOMS QUI N'ONT BESOIN DE RIEN, AU LIEU DE S'OCCUPER DES HOMMES, DES FEMMES, DES ENFANTS, DES PAYS, QUI ONT BESOIN DE BEAUCOUP DE CHOSES.

 JE NE PEUX PAS SUIVRE LE MENSONGE ET LE DIEU DES MENTEURS. LA BIBLE MENT. CE LIVRE EST RACISTE, NEGROPHOBIQUE, LE CORAN AUSSI.

 AU DIABLE, LE DIEU DE CES RELIGIONS ! LE DIABLE EST LE DIEU DE CES RELIGIONS. L'ENFER, CES EGLISES QUI SONT EN TRAIN DE VOUS DISTRAIRE PENDANT QU'ON TUE, QU'ON PILLE ET QU'ON VIOLE L'AFRIQUE ET LE MONDE. POURQUOI CELEBRER LA RESURRECTION DE JESUS ET NON CELLE D'OSIRIS ? ENTRE LES DEUX LEGENDES, IL N'Y A QUE LE NOM DU NOIR  " WSIR " QU' ON A CHANGE PAR LE NOM DU ROUGE - PÂLE JESUS (T-IS>ISIS/DYESE/JÊSE). L'HISTOIRE DE LA RESURRECTION EST NEGRO-AFRICAINE ET ELLE EST ANTERIEURE A LA PREMIERE DYNASTIE DE LA VALLEE DU NIL. C'EST DU PLAGIAT THEOLOGIQUE ET SPIRITUEL.

 APRES MA MORT, JE NE VEUX PAS QU'UN AFRICAIN OU UNE AFRICAINE VIENNE PRONONCER LE NOM DE JESUS OU D'UNE AUTRE DIVINITE ETRANGERE DEVANT MON CORPS OU SUR MA TOMBE. QUE MES AMI(E)S EURASIATIQUES LE FASSENT, C'EST NORMAL. JE NE SUIS PAS CONTRE. ILS NE PEUVENT PARLER ET PRIER AUTREMENT. C'EST LE DIEU DE MES ANCÊTRES ET MES ANCÊTRES QUE J'INVOQUE POUR EUX. JE REFUSE CATEGORIQUEMENT QU' UN(E) NEGRO-AFRICAIN(E) VIENNE AVEC ALLAH OU JESUS SUR MA TOMBE. IL N'Y A PAS D'EXCEPTION A CETTE REGLE. SI LES IMAMS, LES EVÊQUES ET LES MOINES AFRICAIN(E)S NE CONNAISSENT PLUS LES PRIERES DE NOS ANCÊTRES, S'ILS NE SAVENT PLUS LOUER LE DIEU DE NOS ANCÊTRES, QU' ILS SE TAISENT. ILS PEUVENT INFORMER, KIMBANGU, LUMUMBA, MANDELA, MALCOLM X, BOB MARLEY, SANKARA, KIMPA VITA, TUTAKAMUNA, SHABAKA, CHEIKH ANTA DIOP, CESAIRE, CHAKA ZULU... AINSI QUE MES PARENTS POUR QU'ILS VIENNENT ME CHERCHER POUR PASSER A L'AUTRE RIVE.

 

                                             TEL EST MON TESTAMENT SPIRITUEL

 

                                               MUBABINGE BILOLO WA KALUKA MFWADI

 

  

Posté par ECHOS du CIREF à 16:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]