Les ECHOS du CIREF

01 février 2017

POEME FRANCOPHONE : SEQUENCE 7 - NOTRE DERNIER AU REVOIR - OZOUA

 

 

                                                         Je m'en vais

                                                         C' est notre dernier au revoir

                                                         Je m'en vais pour ne plus jamais te revoir

                                                         Je m'en vais

                                                         Même si la tristesse se lit dans ton regard

                                                         Même si les larmes innondent ton visage

                                                         Je m'en vais

                                                         Même si tu as le coeur gros

                                                         Je m'en vais quand même

                                                         Tout est fini entre nous

                                                         Je  m'en vais ! 

 

 

                                                                    OZOUA

Posté par ECHOS du CIREF à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


POEME FRANCOPHONE : SEQUENCE 7 - MA COLOMBE - ALAIN ALFRED MOUTAPAM

 

                                  MA COLOMBE

 

                                  VOICI MA PETITE COLOMBE

                                  VOICI MA PETITE COLOMBE VISITANT LES MERS

                                  VOICI MA PETITE COLMBE HESITANTE SUR TERRE

                                  VOICI MA COLOMBE QUI VOLE

                                  VOICI MA COLOMBE QUI S'ENVOLE

                                  REVIENS DONC COLOMBE

                                  LES ENFANTS D'AFRIQUE VERS TOI ONT LES YEUX FIXES

                                  LES ENFANTS D'ORIENT VERS TOI ONT LEURS REGARDS DIRIGES

                                  LES CITOYENS DU MONDE SUR TOI ONT LEUR ESPOIR MISE

                                  AVEC TOI L'HUMANITE SE RELEVE

                                  AVEC TOI L'HUMANITE S' ELEVE

                                  PAR TOI VIENDRA LA PAIX

                                  PAR TOI ON VIVRA EN PAIX

                                  VIENS MA PETITE COLOMBE

                                  VIENS POUR LES MIENS

                                  VIENS POUR TOUS LES HUMAINS

                                  VIENS Ô DOUCE COLOMBE POURVOYEUSE DE PAIX

                

 

                                                  ALAIN ALFRED MOUTAPAM

 

Posté par ECHOS du CIREF à 18:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

POEME FRANCOPHONE : SEQUENCE 7 - LES YEUX DE L'AMOUR - JOEL CONTE

 

 

                                         LES YEUX DE L'AMOUR

 

 

                           QUAND MES YEUX ONT CROISE TON REGARD,

                            TES YEUX M'ONT DEMANDE

                            DE NE PAS CHERCHER A CONNAITRE

                            LEURS SECRETS

                            ET JE SUIS RESTE,

                            LA, DEVANT TOI,

                            EMERVEILLE DE TANT DE BEAUTE

                            ET DE MAGNIFICENCE

                            A ADMIRER LES SPLENDEURS D'UN PAYSAGE SUBLIME

                            QUI N'APPARAIT QUE DANS LA DOUCEUR

                            ET LA FELICITE D'UN SOURIRE

                            UNIQUE CLE DE TES RÊVES DIVINS

                            ET DE TON SOLEIL

                           QUI EMBELLISSENT POUR TOUJOURS MA VIE.

 

 

                                                       JOEL CONTE

Posté par ECHOS du CIREF à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

QUELLE LUTTE DES CLASSES AU XXI SIECLE ? - Jacques Bidet - Philosophe et essayiste - Nanterre (France)

 

  On connait le mot du richissime warren Buffett : " je crois à la lutte des classes, mais ce sont les riches qui l'ont gagnée. " il semble bien qu'une majorité des Français partagent cette opinion. Un sondage récent fait apparaître qu'ils croient à la réalité de la lutte des classes. Et les choix qu'ils font aux élections donnent à penser qu'ils se résignent à leur défaite. Ce n'est pas si sûr, car ils étaient aussi une majorité à soutenir les luttes contre la loi travail - Mais la  " bataille des idées "  n'est pas gagnée. Essayons de circonscrire le terrain. La lutte des classes est menée d'en haut dans l'exploitation salariale mais tout autant dans la destruction du salariat quand il ne s'agit plus de créer une  " armée de réserve " , mais d'instituer durablement et de généraliser un statut postsalarial, où n'est plus reconnu aucun droit au travail, et de passer à un système d'assistance dont la logique est d'éliminer le maximun de personnes concernées. Elle est dans la machine à broyer de Pôle emploi, et tout autant dans les prisons où l'on regroupe les désespérés. Elle est dans le système scolaire, dont la capacité à réléguer est strictement corrélative du rapport social de forces entre ceux d'en haut et ceux d'en bas. La lutte d'en bas est de tous les instants, dans toutes les résistances individuelles et collectives, qu'elles concernent les salaires ou les conditions de travail. Elle prend forme quand elle parvient à s'organiser sous forme syndicale. Mais c'est elle aussi que l'on trouve dans les engagements associatifs, qui sont là en réponse aux agressions inhérentes à la structure de classe : qu'il s'agisse de logement, de chômage, de santé ou d'éducation. La lutte des classes est intimement mêlée à d'autres, qui concernent notamment les rapports entre hommes et femmes et entre nationaux et étrangers. A tel point qu'il est souvent difficile de faire la part de ce qui relève des unes ou des autres. De démêler par exemple la brutalité de l'oppression de classe dans ce qui est parfois vécu comme  " racisme ", et qui l'est aussi, mais un facteur peut toujours en cacher un autre. Les rapports sociaux de sexe sont aussi , en même temps, des rapports de classe et de lutte des classes. La lutte des classes se manifeste aussi dans la confrontation autour des territoires, la relégation des pauvres dans des ghettos, l'appropriation par la bourgeoisie de lieux privilégiés où elle se concentre , l' effort des municipalités populaires pour configurer la cité et ses services et dans les législations nationales qui président à ces affrontements. Elle est dans la culture, dans la capacité de la bourgeoisie à monopoliser les modes de connaissances qui vont assurer la  " compétence " socialement reconnue pour l'exercice des pouvoirs de toute sorte. Dans son contenu idéologique ou critique - elle est bien sûr, dans la politique, qui est de part en part lutte de classes. Elle est dans la législation et dans la Constitution. Elle n'oppose pas simplement une classe qui serait celle du capital et l'autre celle du travail. Car elle est  " triangulaire " les forces d'en haut  se distribuant à droite, celle du  " marché " , et à gauche celle de   " l'organisation ". Elle passe donc par des alliances de classes. Vaste et difficile sujet - Essentiel. Elle se déploie à l'échelle mondiale, non seulement sous la forme de l'impérialisme, car celui-ci s'entrelace désormais à un Etat-monde de classe, avec sa loi selon laquelle tout est à vendre - Et la résistance des peuples est aussi une résistance de classe . 

Posté par ECHOS du CIREF à 18:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2016

CAUSES,CONSEQUENCES DE LA REGRESSION DES CIVILISATIONS AFRICAINES DANS L' ANTIQUITE:L'EGYPTE-J.C.GOMEZ(France)

 

Cheikh Anta Diop écrivait déjà dans : " Nations Nègres et culture : De l'Antiquité Nègre Egyptienne aux Problèmes culturels de l'Afrique noire d'aujourd'hui  (Ed Présence Africaine - 1979 - p.49-50) - L'Egypte avait déjà, depuis un siècle, perdu son indépendance au moment où Hérodote la visita. Conquise par les Perses en - 525, elle ne cesse plus dès lors d'être dominée par les étrangers : Après les Perses, ce furent les Macédoniens avec Alexandre, les Romains avec Jules César (-50), les Arabes au VII siècle, les Turcs au XVI siècle, les Français avec Napoléon, puis les Anglais à la fin du XIX siècle. Berceau de la civilisation, l'Egypte détruite par toutes ces occupations successives ne jouera plus aucun rôle sur le plan politique, mais n'en continuera pas moins pendant longtemps encore à initier les jeunes peuples méditerranéens qui viendront en pélerinage pour s'abreuver aux sources des connaissances scientifiques, religieuses, morales, sociales,etc...Les plus anciennes que les hommes aient acquises. C'est ainsi que sur tout le pourtour de la Méditerranée se sont édifiées successivement de nouvelles civilisations, qui bénéficiant d' apports multiples favorisés par la configuration géographique de la Méditerranée - véritable carrefour , le mieux situé du monde - ont évolué surtout vers un développement matérialiste et technique, évolution à l'origine de laquelle il faut situer le génie matérialiste des Indo-Européens : Grecs, Romains. Le souffle païen qui animait la civilisation gréco-romaine s'épuise vers le IV siècle, deux nouveaux facteurs, le christianisme et les invasions barbares, vont interférer sur le terrain déjà vieux de l'Europe occidentale pour donner naissance à une civilisation nouvelle, celle-là même qui aujourd'hui, à son tour , manifeste des symptômes d'épuisement. Cette dernière civilisation qui a hérité de tous les progrès techniques de l'humanité, grâce à des contacts ininterrompus entre les peuples, se trouvait déjà suffisamment équipée techniquement au XV siècle pour se lancer à la découverte et à la conquête du monde "  

  En nous référant à ces propos, deux questions nous ont submergé l'esprit : 1) La régression de l'Egypte pharaonique était-elle le prélude au déclin du Monde Noir ?  2) Pourquoi l'Egyptologie occidentale occulte ou minimise t-elle systématiquement la question fondamentale de la régression de l'Egypte pharaonique ?

  Ces interrogations nous ont amené à cerner, déceler  A) les causes endogènes de la régression des civilisations négro-africaines dans l'antiquité, qui incombent à trois facteurs - 1) la révolution osirienne et paysanne relatée par le scribe IPOU OUR d'après le papyrus des admonitions d'un sage (V dynastie) - 2) le conflit entre les tenants du clergé d'AMON et les adeptes de la réforme d'ATON d'après les inscriptions hiéroglyphiques de la  XVIII dynastie - 3) le conflit entre les dignitaires saïtes et les princes nubiens d'après les inscriptions hièroglyphiques de la XXIV dynastie ; B) les causes exogènes de la régression des civilisations négro-africaines dans l'antiquité qui sont imputables à trois phénomènes essentiellement - 1) les invasions des  " peuples de la mer " sous le règne des Pharaons MERNEPTAH et RAMSES III  - 2) les invasions des Hyksos sous les XV et XVI dynasties  - 3) les invasions des assyriens et des perses (- 663 à - 525) ; et à constater des chamboulements de l'univers cosmologique des civilisations négro-africaines antiques, et la régression de ces civilisations dont on peut relever trois indices - 1) la rupture de l'alliance stratégique et sécuritaire millénaire entre la Nubie et l'Egypte - 2) la généralisation du métissage biologique et la destruction de la culture et de la spiritualité en Egypte nègre - 3) la dilution du sentiment unioniste national et l'émergence d'un sentiment cosmopolite et universaliste en Egypte.   

Posté par ECHOS du CIREF à 14:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]


01 novembre 2016

FETE DE LA SCIENCE 2016 :25 ANS-25 DECOUVERTES-Syndicat National de l'Edition (SNE)-Groupe Sciences pour tous-Paris (FRANCE)

 

     Que ce soit dans l'infiniment grand avec l'exploration de l'Univers ou dans l'infiniment petit avec la recherche de particules, que cela concerne la médecine, la préhistoire, l'environnement ou les mathématiques...la fin du XXe et le début du XXIe siècles ont vu l'avènement de découvertes scientifiques remarquables, qui sont souvent le fait d'équipes françaises. Leurs applications transforment déjà nos vies et les bouleverseront de façon plus radicale encore dans un avenir proche.

 

 Thierry Mandon : Secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur et à la Recherche

  Partager les sciences avec la société constitue l'une des priorités du secrétariat d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, car la science est d'une importance capitale pour notre pays et pour ses citoyens. Pour notre pays, car elle constribue à sa notoriété dans le monde : notre recherche se place au sixième rang mondial avec des résultats de premier rang en mathémathiques, en biologie, en physique, en médecine. Pour ses citoyens, car toutes les sciences, y compris les sciences humaines et sociales, permettent de comprendre un monde complexe et difficile à cerner. Aujourd'hui bien informés grâce à leur bon niveau d'éducation et l'utilisation massive des technologies numériques, nos concitoyens sont friands des découvertes scientifiques, ils peuvent aussi trouver dans la science des méthodes d'analyse et de réflexion pour aborder les problèmes de notre temps avec recul et raisonnement plutôt que d'être soumis à la pression du prêt-à-penser. Que chacun dispose d'une culture scientifique suffisante et des phénomènes obscurs s'éclairent , des évènements s'expliquent, des interrogations trouvent leurs réponses : le monde devient plus lisible et les possibilités d'agir s'ouvrent. Encore faut-il que les scientifiques partagent leurs connaissances dans un langage accessible. C'est ce qu'ils font, aidés des médiateurs et des journalistes scientifiques, chaque année, au début d'octobre, dans presque chaque ville ou village de France, à l'occasion de la Fête de la science, lancée par le ministre Hubert Curien il y a tout juste 25 ans.

 

  DECOUVERTES :

   Découverte N°1 : Une Toile est née - Le World Wide Web - 1989-1993

   Le tout premier site Web du monde, créé en 1989 au Centre européen de recherche nucléaire (CERN) , était un mode d'emploi dans lequel l'ingénieur en informatique Tim Berners-Lee décrivait sa toute dernière invention...le World Wide Web lui -même ! il y expliquait comment utiliser le réseau mondial de communications électronique - Internet - pour accéder aux documents mis en ligne par d'autres personnes et comment configurer ses propres machines pour que les autres puissent en faire autant. Le but initial du projet - d'abord baptisé  " The Information Mine "  " Tim " en abrégé ! - était que la communauté des chercheurs en physique des particules répartis dans le monde entier puisse s'échanger des informations instantanément. En 1993, le CERN a mis le logiciel du World Wide Web dans le domaine public, avec le succès que l'on sait.

  Découverte N°2 : La lumière enfin disponible dans toutes les couleurs - la LED bleue - 1992

  Les diodes électroluminescentes ou LED (light-emitting diode) utilisent des semi-conducteurs dans lesquels des electrons perdent de l'énergie en émettant de la lumière d'une seule couleur. Alors que, dans une ampoule à incandescence, seuls quelques pourcents de l'energie electrique consommée servent à éclairer - le reste ne fait que chauffer l'environnement ! - les LED convertissent en lumière entre le tiers et la moitié de l'énergie qu'elles reçoivent. Mais, des trois couleurs de base - rouge, vert et bleu - qui, seules ou combinées, constituent l'ensemble des teintes visibles par l'oeil, on ne savait produire avec des LED que le rouge (depuis les années 1960) et le vert (1992). La découverte des LED bleues en 1992 (qui a valu le prix nobel à Isamu Akasaki, Hiroshi Amano et Shuji Nakamura en 2014) permet désormais de couvrir l'ensemble des couleurs ainsi que le blanc, ce qui permet un éclairage économe en énergie. On estime que, vers 2020, les trois quarts des sources lumineuses seront des LED.

  Découverte N°3 : Vers une bibliothèque universelle ? le Text encoding initiative (TEI) - 1994

   Imaginez qu'un archiviste découvre un manuscrit, premier jet d'un poème célèbre de la main même de son immortel auteur... Comment le rendre disponible à l'ensemble des chercheurs de la planète ? Taper le texte ne suffit pas, car tout ici a du sens : le papier à en-tête de l'hôtel où séjournait le poète, les ratures qui laissent deviner l'histoire de la conception du texte, les notes dans les marges qui sontmanifestement d'une autre main... Scanner les pages produirait des fichiers images bien trop lourds : si tous les archivistes, bibliothécaires et universitaires du monde faisaient de même, il faudrait une mémoire numérique gargantuesque ! La norme TEI - du nom du groupement d'universitaires à l'origine du projet - a commencé à être mise au point en 1987 et les premières versions ont été publiées en 1994. Elle permet de coder n'importe quel texte accompagné de l'ensemble des informations utiles aux chercheurs, un peu à la manière d'une page Web. Elle a permis la mise en commun d'immenses archives par les Universités et stimulé le développement des  " humanités numériques "

  Découverte N°4 : La pluralité des mondes est désormais un fait - La première exoplanète - 1995

  " Il est donc d'innombrables soleils et d'innombrables terres tournant autour de ces soleils, à l'instar des sept que nous voyons tourner autour du Soleil qui nous est proche " C'est ce qu'affirmait Giordano Bruno en 1584. Il fut brûlé pour cela. Existe-t-il d'autres mondes autour de chacune des étoiles que nous voyons dans le ciel et qui sont autant de soleils ? L'idée hantait l'imaginaire des scientifiques depuis quatre cents ans. A l'Observatoire de Haute-Provence, deux astronomes suisses, Michel Mayor et Didier Queloz ont pour la première fois apporté une réponse concrète : une planète géante moitié moins massive que notre Jupiter gravite bel et bien autour d'un autre soleil, l'étoile 51 Pegasi. Leur découverte a stimulé l'émergence d'un nouveau pan de l'astronomie : on connaît désormais près de 4 000 exoplanètes et on en découvre plusieurs dizaines, voire centaines, chaque année ! Un objectif majeur des prochaines décennies est désormais la recherche d'une planète susceptible d'arbitrer la vie.

 Découverte N° 5 : Coraux et coquillages en danger - L'acidification des océans - 1998

 La dissolution dans l'eau du gaz carbonique atmosphérique - le CO 2 , ou dioxyde de carbone, qu'on appelait aussi naguère  " acide carbonique " - fait diminuer le pH des océans. Autrement dit, nos émissions de CO 2 ont non seulement pour effet de réchauffer le climat, mais aussi d'acidifier les océans ! Une des conséquences est de rendre plus difficile la formation des coquilles des organismes marins. On le savait depuis 1985 pour certaines algues microscopiques, en 1998, Jean-Pierre Gattuso et ses collègues ont démontré cet effet chez les coraux tropicaux. On peut désormais dire que, vers 2100 l'acidification des océans sera telle que la sécrétion de calcaire par les organismes marins sera réduite de 20 à 50 % et que certaines espèces des régions plus froides pourraient même voir leurs coquilles rongées par l'eau dans les prochaines décennies

 Découverte N° 6 : Les bactéries peuvent être nos amies ! - Le rôle fonctionnel du microbiote - 2000

 Notre corps héberge, notamment dans l'intestin, plus de 100 000 milliards de bactéries (environ dix fois plus que le nombre de cellules constituant un être humain ) . Mais il ne s'agit pas de parasites ! Ce " microbiote " dont l'étude systématique a commencé dans les années 2000 est considéré désormais comme un organe à part entière. Il sert d'interface entre les aliments et le corps. Son dysfonctionnement est impliqué dans de nombreuses maladies chroniques : allergies, diabète, obésité, etc. Les microbiotes de la peau et du vagin agissent, quant à eux, comme les infections pathogènes, tout simplement en " occupant la place " . On sait aujourd'hui opérer des transferts de microbiote - un peu comme on transplante des organes - ce qui ouvre des pistes thérapeutiques prometteuses pour certaines maladies inflammatoires chroniques du système digestif, le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

 Découverte N° 7 : La censure génétique - Les micro - ARN - 2001

 Une des grandes surprises de la génétique a été de découvrir que les gênes, ces  " mots " dans le texte qui définit un organisme, pouvaient avoir une signification différente selon le contexte, voire pas de signification du tout. Un peu comme en français ? Oui, à la différence que  " contexte " désigne ici la présence ou non de telle enzyme ou molécule, et parmi elles, des micro-ARN. Ces très petits brins d'ARN (une molécule proche de l'ADN) étaient considérés comme des " déchets " de l'activité des cellules jusqu'à ce que l'on comprenne qu'ils avaient un rôle actif : celui de réguler le génome - l'ensemble des gênes - en faisant  " taire " certains gênes lorsque la cellule n'en a pas besoin. Cette découverte a valu le prix Nobel de médecine et de physiologie à Craig Mello et à Andrew Fire en 2006. Les micro-ARN (ou leur dérèglement) pourraient être impliqués dans différents cancers et pourraient servir à diagnostiquer les maladies cardiovasculaires

 Découverte N° 8 : La longue marche jusqu'à l'homme - Toumaï - 2001

 Le 19 juillet 2001, à quelque huit cents kilomètres au nord de djamena, au Tchad, une équipe de paléoanthropologues dirigés par Michel Brunet, de l'université de Poitiers, mettait au jour le crâne presque complet d'un grand singe qui fut surnommé Toumaï ( " l'espoir de vie "  en langue gorane) . Certains aspects du fossile suggèrent des traits que l'on retrouve chez l'homme et ses ancêtres, et pas chez les autres grands singes d'Afrique, notamment une face relativement plate et la possibilité de marcher debout. D'après l'étude du terrain et des fossiles qui l'accompagnaient, Toumaï vivait il y a sept millions d'années. Comme Orrorin ( " l'homme originel " ) découvert au Kenya par Brigitte Senut et Martin Pickford, du Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Toumaï est presque deux fois plus ancien que la célèbre australopithèque Lucy. Ces fossiles démontrent que de grands singes marchaient déjà debout en Afrique à une époque où, d'après les études génétiques, la lignée de l'homme venait à peine de se séparer de celle des chimpanzés.

 Découverte N° 9 : Elle résistait aux plus grands esprits depuis un siècle ! - La conjecture de Poincaré est   démontrée  - 2003

 Dans notre espace à trois dimensions, la surface à deux dimensions d'un ballon et celle d'une bouée ont des propriétés différentes; tout cercle dessiné sur le ballon peut être rendu aussi petit que l'on veut si on le fait glisser sur la surface du ballon, ce qui n'est pas le cas avec la bouée (les cercles qui l'enserrent comme une bague autour d'un doigt  ne peuvent pas être rétrécis). En topologie mathématique, cela équivaut à dire que l'on ne peut pas obtenir une sphère en déformant une bouée (il faudrait soit la déchirer, soit en boucher le trou). Cette équivalence est-elle vraie si l'on ajoute une dimension au problème ? On compare alors une hypersphère et une hyperbouée à trois dimensions (impossibles à imaginer) dans un espace à quatre dimensions. Henri Poincaré avait conjecturé que oui en 1904. En 2003, Grigori Perelman l'a démontré et a reçu pour cela la médaille Fields...qu'il a refusée, arguant qu'il ne faisait que son travail. Cette découverte, et les techniques qui l'accompagnent, ont ouvert un nouveau champ d'études en géométrie.

 Découverte N° 10 : La recette de l'homme ? - Le séquençage du génome humain - 2003

 L' ADN contenu dans le noyau de nos cellules peut être vu comme un texte dont l'alphabet comporte quatre  " lettres ". Les molécules d'adénosine (A) de guanine (G), de cytosine (C) et de thymine (T) enchainées les unes à la suite des autres - et dont les gênes seraient les  " mots ". L'ensemble de ces " gênes ", le génome, est une sorte de manuel indiquant aux cellules comment produire et faire fonctionner un organisme. Initialement difficile à réaliser à cause des quatités microscopiques  d'ADN contenues dans une cellule, la lecture du génome a bénéficié des progrès fulgurants de la biochimie depuis 1980. La cartographie complète du génome humain par le Human Genome Project , commencée en 1990, a été achevée en 2003... Et séquencer un génome humain coûte aujourd'hui presque mille fois moins cher qu'à l'époque !  Ces méthodes permettront peut - être de connaître intimement le fonctionnement du corps d'un patient et de produire des traitements personnalisés.

 Découverte N° 11 : Plus précieux que le diamant - Le graphème - 2004 

 Le graphite des mines de crayons est un millefeuille friable de couches de carbone. Une feuille unique, d'un seul atome d'épaisseur (environ 100 milliardièmes de millimètre !) et dont les atomes sont reliés selon un motif hexagonal est un cristal de graphène. Les électrons de ses liaisons chimiques sont mobiles - on dit qu'ils sont  " délocalisés " - sur l'ensemble du réseau, comme dans les métaux ou les semi-conducteurs. Mais, dans le graphène, ils ont ue mobilité exceptionnelle, ce qui lui donne ses propriétés remarquables. Leur vitesse moyenne y est cent cinquante fois plus élevée que dans le silicium de nos puves électroniques et il conduit la chaleur dix fois mieux que le cuivre (et mieux que n'importe quel autre matériau connu) : c'est donc la substance idéale pour faire des composants électroniques très petits, ultrarapides et qui chauffent peu. Ses applications potentielles - écrans souples, blindages contre les ondes électromagnétiques, batteries de nouvelle génération - sont innombrables. Encore faut-il pouvoir synthétiser le graphène ! L'exploit, réalisé pour la première fois en 2004, a valu le prix Nobel 2010 à André Geim et Konstantin Novoselov.

 Découverte N° 12 : Des mathématiques automatiques - La preuve du théorème des quatre couleurs - 2005 

 Ce théorème affirme que quatre couleurs seulement suffisent à colorier n'importe quelle carte plane de façon telle que deux pays qui ont une frontière commune ont des couleurs différentes. Les mathématiciens ont établi dans les années 1970 qu'il n'existait que 1478 cas  " litigieux " - des cartes particulières qui, peut-être, nécessiteraient plus de couleurs. Un programme informatique qui arriverait, en tatônnant très rapidemment, à colorier ces 1478 cartes avec quatre couleurs pouvait donc démontrer le théorème... sans recourir au raisonnement ! Mais alors, contestaient d'autres mathématiciens, il faudrait avoir foi dans le fait que le programme ne comporte pas d'erreur ! En 2005, Georges Gonthier et Benjamin Werner, chercheurs de l'institut national de recherche en informatique et automatique (Inria), ont écrit un programme capable de vérifier et valider les opérations effectuées. On dispose dès lors d'un raisonnement logique, rigoureux et complet, vérifiable par tous, validant ainsi définitivement le théorème des quatre couleurs. 

 Découverte N° 13 : Les factotums de l'organisme - Des cellules souches sur commande - 2006

  Chaque plante, chaque animal, chaque être humain commence sa vie sous forme d'une cellule unique qui se multiplie pour former des copies d'elle-même - des cellules filles. Ces dernières se spécialisent ensuite pour devenir qui des globules rouges, qui des cellules osseuses ou musculaires...Mais certaines restent en réserve, sans spécialisation, ce qui leur permet, en temps voulu, de remplacer leurs congénères : ce sont les cellules souches. On a longtemps pensé que la spécialisation d'une cellule était irréversible, le seul cas connu où une cellule renonçait à son rôle dans l'organisme pour se multiplier de façon anarchique étant le cancer. Or à partir de 2006, Shinya Yamanaka puis John Gurdon (tous deux Prix Nobel 2012) ont pu, par des méthodes différentes, produire des cellules souches à partir de cellules déjà spécialisées sans qu'elles deviennent cancéreuses. On peut ainsi, par exemple, à partir d'une cellule de peau, induire des cellules souches, puis forcer celles-ci à devenir des neurones. Les perspectives pour la médecine sont vertigineuses.

 Découverte N° 14 : Le doute n'est plus permis - C'est bien nous qui changeons le climat - 2008

 Au début des années 1980, au coeur de l'Antarctique, des chercheurs français et soviétiques extraient des carottes de glace de plus de un kilomètre de profondeur, qui contiennent de la neige déposée année après année depuis près de 100 000 ans et des bulles d'air indiquant la composition de l'atmosphère à chaque époque. Elles démontrent qu'un gaz carbonique (CO 2 ) abondant - autour de 300 parties par million (ppm) - s'accompagne toujours d'un climat chaud, tandis que les périodes glaciaires correspondent à des niveaux bas (190 ppm). Or la concentration en CO 2  est passée de 270 ppm en 1850, à l'aube de la civilisation industrielle, à près de 400 ppm aujourd'hui. En 2008, notamment grâce aux travaux de Jean Jouzel et de Valérie Masson-Delmotte (tous deux membres du GIEC - Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat - lauréat du prix Nobel de la paix en 2007 ) , on sait que ce chiffre n'a jamais été atteint au cours des derniers 650 000 ans ! C'est donc bien notre activité qui accroît la concentration en gaz carbonique de l'atmosphère et provoque le réchauffement climatique.

 Découverte N° 15 : Le marketing des bonnes décisions - Les architectures de choix - 2008

 Les gérants de supermarché connaissent depuis longtemps des  " trucs " sur la façon de présenter des produits afin d'inciter les consommateurs à s'en saisir. Les sciences cognitives ont fait abondamment progresser nos connaissances sur les mécanismes à l'oeuvre. L'imagerie cérébrale a ainsi démontré que certaines de nos décisions sont déterminées par notre cerveau avant que nous ayons conscience de les avoir prises. La théorie des architectures de choix (nudges, ou  " coups de pouce " ) a d'abord été popularisée par Richard Thaler, professeur de sciences comportementales et d'économie à l' université de Chicago dans un ouvrage paru en 2008. Elle s'est développée depuis une dizaine d'années à la lisière de la psychologie, de l'économie et des sciences politiques, afin d'inciter les individus à opter pour certaines décisions souhaitables (économiser pour sa retraite, manger plus équilibré, arrêter de fumer etc...) sans recourir à la contrainte des réglementations, des interdictions ou des taxations.

 Découverte N° 16 : Des organismes complexes trois fois plus anciens qu'on ne le croyait possible - L'histoire de la vie doit être réécrite - 2010

 Les biologistes ont longtemps cru que les organismes complexes composés d'une myriade de cellules étaient une innovation relativement récente dans l'histoire du vivant : environ 700 millions d'années (les plus anciens organismes pluricellulaires fossiles que l'on connaissait n'en avaient  " que " 635). La vie n'aurait donc compté que des microbes pendant les quatre premiers cinquièmes de son histoire... Mais, en 2010, dans une mine à ciel ouvert de Franceville, au Gabon, Abderrazak el-Albani et son équipe, de l'université de Poitiers et du CNRS, ont découvert des fossiles révélant des êtres manifestement pluricellulaires, qui font remonter l'origine de la vie complexe trois fois plus loin, il y a 2,1 milliards d'années ! La nouvelle, choquante, a provoqué initialement autant d'émerveillement que de septicisme. La première bataille a consisté à prouver l'intérêt de ce sitepour que les travaux miniers y soient stoppés. Avec la reprise des fouilles, les découvertes se multiplient. Et les manuels d'histoire du vivant n'ont pas fini de digérer l'incroyable nouvelle ! 

 Découverte N° 17 : La renaissance de la Vierge à l'Enfant avec sainte anne de Léonard de Vinci - La restauration d'un tableau - 2010

   C' est l'un des plus mystérieux tableaux au monde. Inachevé? Léonard de Vinci y a pourtant travaillé de 1501 jusqu'à sa mort, en 1519. C'était aussi, avant sa restauration, un tableau défiguré par les  " réparations " (ajouts de vernis ) subies au fil des siècles. Pour le restaurer, il fallait des techniques modernes de radiographie, de microscopie électronique et d'analyse par fluorescence ou diffraction des rayons X afin de retrouver le dessin sous-jacent et d'identifier la nature chimique des pigments utilisés par le peintre. Cette exploration minutieuse a confirmé que l'oeuvre est inachevée (certaines parties du paysage semblent moins  " finies " que sur d'autres copies du tableau sorties des ateliers de Léonard de Vinci) . Cette opération spectaculaire, démarréé en 2010 et réalisée par le Centre de recherche et de restauration des musées de France, a duré plus d'un an et a bénéficié des conseils d'un comité international de seize spécialistes de l'artiste ou de la restauration. La  " Sainte Anne " a ainsi retrouvé son coloris, ses contrastes et ses volumes.

 Découverte N° 18 : La révolution de la chirurgie du gène - Couper-coller le texte de la vie - 2012

  Certaines bactéries comme les streptocoques possèdent dans leus arsenal de défense immunitaire un système étonnant dit  " CRISPR/Cas9 " qui agit comme une paire de ciseaux  moléculaires capables de couper leur ADN et d'en extraire  des gênes étrangers insérés par les virus. En 2012, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna ont montré comment attacher ces  " ciseaux " à un  " ARN " guide , un brin " D'ARN " qui est une sorte de  " négatif " du gêne ciblé, sur lequel il va se coller. Le gêne peut alors être extrait  et remplaçé à volonté par un autre. Ce nouvel outil constitue  une révolution pour la recherche . L'agronomie ou la médecine . Il permettra d'accélérer l'étude du fonctionnement du génome, de modifier certaines plantes , par exemple pour les rendre résistantes au changement climatique, et devrait faciliter les thérapies génétiques. En novembre 2015, à Londres , une approche de ce type à déjà permis de traiter le génome d'une fille atteinte de leucémie, qui est aujourd'hui en rémission !

 Découverte N° 19 : Le protocole de Montréal fonctionne - La couche d'ozone se reconstitue - 2012

 Dans les années 1980, les scientifiques ont observé que la couche d'ozone  - une région de la stratosphère où les molécules  de trioxygène  (O 3) sont concentrées  et bloquent une partie des UV les plus dangereux émis par le Soleil - devenait chaque année plus ténue. Très vite, ils établissent  que les chlorofluorocarbures (CFC) , utilisés dans les systèmes frigorifiques  et d'autres gaz industriels du même type, injectent dans l'atmosphère d'importantes quantités de chlore et de brome  qui s'accumulent près des pôles  et y détruisent  l'ozone . En 1987, à Montréal, la majorité des Etats du monde s'accordent  à banir ces produits. En 2012 , l'Organisation météorologique mondiale constate que la concentration en chlore et en brome a diminué  de plus de 10 % par rapport  à ce qu'elle était à la fin des années 1990 . Un protocole international peut donc donner des résultats s'il est appliqué scrupuleusement  en l' occurrence, on devrait revenir au niveau d'ozone de 1980 vers 2050.

 Découverte N° 20 : Une pièce manquait au grand puzzle de la nature... Le boson de Higgs - 2012

  Selon ce que les physiciens appellent  " modèle standard " au niveau le plus fondamental, les particules constituant la matière se comportent comme les joueurs de foot ou de rugby : elles s'attirent ou se repoussent en échangeant  des  " balles "  - les bosons - qui véhiculent les forces fondamentales de la nature. Jusqu'en 1964, on ne comprenait pas l'origine  de la masse des bosons. Six physiciens - dont Peter Higgs - postulèrent qu'une particule devait encombrer le vide  et  " gêner  " le déplacement des autres, leur conférant ainsi une masse. Appelée  " boson de Higgs " , elle a été découverte en 2012 grâce au plus gigantesque instrument scientifique jamais construit  : le LHC (Large Hadron Collider), un anneau de vingt-sept kilomètres de circonférence dans lequel des protons sont projetés les uns contre les autres  à des énergies phénomènales. Un peu comme on provoquerait de gigantesques éclaboussures dans un lac dans l'espoir de mettre au jour les trésors qui gisent au fond ! La découverte du boson de Higgs complète le modèle standard, mais le puzzle  n'est pas terminé.

 Découverte N° 21 : La mer est-elle tombée du ciel ? - La mission Rosetta - 2014

  En 2004, l'Agence spatiale européenne lançait Rosetta, une sonde spatiale de trois tonnes équipée d'un atterrisseur robot, Philae. Dix ans plus tard, Rosetta s'est plaçée en orbitre autour de la comète Tchourioumov-Guérassimenko, sur laquelle Philae est parvenu à se poser. L'analyse in situ du noyau de la comète a montré la présence d'importantes quantités d'eau ainsi que du dioxyde de carbone, de l'ammoniac, des molécules organiques simples et des traces de composés soufrés. Parce qu'elle s'est formée près du Soleil, notre Terre est composée essentiellement de roches, elle est envelopée d'une mince atmosphère gazeuse et partiellement recouverte d'océans d'eau liquide. Or l'eau est un composé très abondant dans les parties plus excentrées du Système solaire. Les briques moléculaires de la vie (la matière organique) et une partie de l'eau des océans auraient-ils été apportés sur notre monde par les comètes, ces visiteuses venues de la banlieue glacée du Système solaire ?

  Découverte N ° 22 : Les traces d'une autre humanité - Neandertal vit parmi nous - 2004

   Homo sapiens a longtemps partagé la moitié occidentale de l'Eurasie avec les hommes de Neandertal, vrais indigènes de l'Europe. On a retrouvé des vestiges d'ADN dans les ossements néandertaliens et commencé leur séquençage. On a alors découvert que les Européens et les habitants du Moyen - Orient ou de l'Asie centrale actuels partagent de 2 % à 4 % de leurs gènes avec Néandertal, cette proportion étant beaucoup plus faible ailleurs. On suppose que ces gènes proviennent d'un métissage - il y a plus de 2 000 générations - qui aurait favorisé l'adaptation de nos ancêtres sortis d'Afrique à l'environnement eurasien (mais aurait aussi transmis des maladies comme le diqbète). Sriram Sankararaman, de l'Ecole médicale de Harvard, et de l'Institut d'anthropologie évolutive de Leipzig, a dirigé une étude systématique chez un millier de nos contemporains, qui a confirmé, en 2014, la présence de ces gènes. L'analyse suggère aussi que les hybrides masculins étaient peu fertiles, ce qui renforce l'idée que Sapiens et Neandertal sont bien deux espèces différentes.

 Découverte N° 23 : L'espace-temps a tremblé - Observation des ondes gravitationnelles - 2015

  Il y a plus d'un milliard d'années, deux trous noirs - des astres si massifs que même la lumière ne peut s'en échapper - ont spiralé l'un vers l'autre jusqu'à fusionner en un cataclysme inimaginable. L'évènement a déformé la trame de l'espace-temps, expédiant à travers l'univers des ondes gravitationnelles - des vibrations de la toile de fond du cosmos. Le 14 septembre 2015, elles ont atteint la Terre, où deux détecteurs du LIGO (Observatoire d'ondes gravitationnelles par interférométrie laser), l'un en Louisane, l'autre dans l'Etat de Washington, ont enregistré en même temps les infimes variations des distances provoquées par leur passage. Tout comme les trous noirs, les ondes gravitationnelles sont une prédiction de la théorie de la relativité générale qu'Albert Einstein a achevée en 1916. Il pensait qu'elles seraient trop faibles pour qu'on puisse jamais les détecter... Un siècle plus tard, la prouesse est pourtant réalisée et ouvre une nouvelle fenêtre sur l'Univers.

 Découverte N° 24 : La biodiversité du plancton révélée - L'expédition Tara - 2015

 Les océans du monde grouillent de vie, bactéries et organismes eucaryotes (dont les cellules possèdent un noyau) - amibes, algues, plantes ou minuscules animaux - participent tous à des écosystèmes enchevêtrés à l'échelle du globe. Pendant près de trois ans, l'expédition française Tara Océans a sillonné toutes les mers du globe : la Méditerranée, l'océan Indien puis l'Atlantique sud, contournant l'Amérique latine pour naviguer huit mois dans le Pacifique avant de revenir dans l'Atlantique nord en passant par le canal de Panama. En 2013, elle a effectué une circumnavigation de l'Arctique. Tara a collecté près de 35 000 échantillons, identifié et classé des milliers d'espèces. Des chercheurs de nombreuses disciplines ont étudié leurs interactions et leur sensibilité au climat pendant plusieurs années. Le séquençage de leur génome à grande échelle a permis de découvrir que plus des deux tiers des gènes de ces espèces étaient totalement inconnus jusqu'ic. En mai 2015, cette immense somme de connaissances a été publiée par la célèbre revue Science.

 Découverte N° 25 : Neandertal, toujours plus humain - La plus ancienne construction du monde - 2016

  Découverte dans les années 1990, la grotte de Bruniquel, dans le Tarn - et - Garonne, abrite une construction préhistorique originale : des êtres humains ont récupéré des stalactites et des stalagmites de la grotte pour les arranger sur le sol  en une série de  " palissades " circulaires concentriques. Les premières datations du site au carbone 14 lui attribuaient un âge de près de 47 000 ans, et les scientifiques s'émerveillaient de ce que, manifestement, l' " homme " fréquentait déjà les grottes 30 000 ans avant de réaliser les peintures de Lascaux... Mais ces dates étaient à la limite de ce que le carbone 14 peut déterminer . En 2016, l'équipe internationale à laquelle a participé Jacques Jaubert, de l'université de Bordeaux, a utilisé une autre méthode, la datation uranium-thorium, et le verdict donne le vertige : cette construction date de 176500 ans, une époque où nos ancêtres Homo sapiens étaient encore en Afrique ! C'est donc l'homme de Neandertal qui a construit les palissades de Bruniquel. Une nouvelle indication qu'il était, dans tous les sens du terme, aussi  " humain " que nous...   

Posté par ECHOS du CIREF à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 octobre 2016

BLACKS CHURCHS:Docteur yves kounougous-Université de Brazzaville (Congo)-Université de Nice-CRHI(France)-NCBS(USA)

      

     SACRED MESSAGE IN A SECULAR WORLD : AN INTERDISCIPLINARY APPROACH TO MULTICULTURALISM AND THE CHRISTIAN EXPERIENCE - RACE AND CHRISTIANITY

 

  Despiste what  the philosopher Nietzsche said on the religious phenomenon " there is nothing in the mind and in the consciousness of the religion that is in mind and in the consciousness that man makes himself " or " God is death " , that could have been shake American society and specifically the Afro-american space. American society has remained very religious and the religious fact is very rooted in the everyday (US currency of Banknotes : " In God we trust " ; in the  " Pledge of Allegiance of the USA" that schoolchildren recite every day  " One Nation, One God ".

 It is difficult to be an atheist in America (White or Black) this is equivalent to social suicide, for African-american, the first churchs appear afrter slave emancipation proclamation on the basis of mimicry, because the slave does having no soul, could not be saved because paradise is a white matter, so the slave appropriate the religion of his master (singing the same hymns, prays to his God)  " Black church " is breaks down into groups, sub-groups gattered around three main families : The Baptistes, The Pentecostals, The Methodist. Pastors of the " black church "are both religious figures but they also play a role in the struggle and emancipation (they disagree with an American who almost against Black) ; A social and political role (the social ladder is a must for great leaders : OBAMA)

 But the sociological thruth encounters, is not historical thruth, many African-american contest the omnipresent and Judeo-christian God that was imposed on them by cunning and/or strength at the place of true Gods whose origin lies in the ancestors.Indeed the reality, the facts of history teach us that negro-egyptian Pharaon AMENHOTEP IV - XVIII dynasty of the new Empire - became AKHENATON (The one that is useful to ATON), which denied Polytheism for Monotheism (The existence of other Gods is officially denied) , The first manifestation of a monotheistic thinking will result appear the revealed religious (Islam, Judaism, Christianity, many of biblical proverbs look like sentences of AMENEMOPE) .

 This new approach must be necessarily taken into account but we don't have to forget that after all " we have to believe in a God who made man and not believe in a God that men have made "

Posté par ECHOS du CIREF à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2016

LES EGLISES NOIRES - Dr Yves Kounougous - Université de Brazzaville (Congo) - Université de NICE- CRHI (France) - NCBS (USA)

 

  SACRED MESSAGES IN A SECULAR WORLD : AN INTERDISCIPLINARY APPROACH TO MULTICULTURALISM AND THE CHRISTIAN EXPERIENCE : RACE AND CHRISTIANITY

                                                                 (version française)

  

 

       En dépit, malgré les propos du Philosophe NIETZSCHE sur le phénomène religieux  " il n'est rien dans l'essence et dans la conscience de la religion qui ne soit dans l'essence et dans la conscience que l'homme se fait de lui-même " ou  " Dieu est mort " qui auraient pu ébranler, bousculer la société américaine, et plus spécifiquement, l'univers, l'espace afro-américain ; La société américaine est restée trés religieuse et le fait religieux est trés ancrée dans le quotidien (devise des USA sur les billets de banque  " IN GOD WE TRUST " ; dans le  " Pledge of allegiance of the USA " que les écoliers récitent quotidiennement : " ONE NATION, ONE GOD " .

       Il est difficile de vivre une vie d'athée quand on est américain (Blanc ou Noir), cela équivaut à un suicide social, pour les Afro-américains, de véritables églises constituées apparaissent après la Proclamation d'émancipation des esclaves afro-américains, sur la base du mimétisme, car l'esclave n'ayant pas d'âme, il ne pouvait être sauvé, car le salut, le paradis est une affaire de Blancs, donc l'esclave s'approprie la religion de son maître (chante les mêmes refrains, prie son Dieu), cela s'est traduit par le phénomène que l'on appelle " les Eglises noires " qui se décomposent en groupes, sous-groupes réunis autour de trois grandes familles principales : Les Badptistes, les Pentecôtistes, les Méthodistes.

     Les Pasteurs de la  " Black church " sont à la fois des figures religieuses mais ils jouent aussi un rôle de lutte et d'émancipation (engagés auprès de la communauté pour dénoncer une Amérique qui a failli à l'égard des Noirs) auquel s'ajoute un rôle social et politique (cet ascenseur social est le passage obligé des grands leaders : OBAMA)

    Mais cette vérité sociologique se heurte, n'est pas la vérité historique, car bon nombre d'Afro-américain conteste ce Dieu omniprésent, Judéo-chrétien, qui leur a été imposé par la ruse et/ou la force, au détriment de Dieux véritables, authentiques, dont l'origine se situe au niveau des ancêtres. En effet, la réalité, les faits historiques nous enseignent que c'est le Pharaon négro-égyptien Amenhotep IV de la XVIII dynastie au Nouvel Empire,  devenu Akhenaton (celui qui est utile à ATON) qui impose, privilégie le monothéisme au détriment du polythéisme (l'existence des autres Dieux est officiellement niée) , de cette première manifestation d'une pensée monothéiste apparaitront les religions révélées (Islam, Juive, Christianisme dont bon nombre de paroles bibliques ressemblent aux sentences d'Amenemope).

    Cette nouvelle approche, dimension, perception est nécessairement à prendre en compte mais ne doit en aucun cas nous dispenser de penser que malgré tout  " il faut croire à un Dieu qui a fait les hommes et non croire en un Dieu que les hommes ont faits "

Posté par ECHOS du CIREF à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2016

L'HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE AFRICAINE - PROFESSEUR GREGOIRE BIYOGO - LIBREVILLE (GABON) - PARIS (FRANCE)

 

  L' Un des paradoxes ayant longtemps tétanisé la philosophie africaine (écrite en langue française, anglaise, lusophone, germanophone, arabe, ou même dans les langues endogènes depuis au moins la première moitié du XX siècle), c'est de n'avoir point suffisamment été étudiée dans le monde, pas même au sein du continent africain, où l'on était en droit d'en attendre un travail de réception relativement consistant. D'autant que cette philosophie fait aujourd'hui l'objet de travaux de plus en plus nombreux et importants (Thèses, Monographies, Dictionnaires, Evaluation des notions... Colloques, Enseignements, Bibliographies). Pour la comptabilité et la statistique de ce travail, le lecteur pourra se reporter à notre Bibliographie classificatoire et sélective des oeuvres de la philosophie et de l'égyptologie africaines (Harmattan, 2011) , Pourtant en dépit de l' ampleur de ces travaux, elle est longtemps demeurée dans une posture de confidentialité.

 2) L' autre difficulté, et non des moindres, c'était l'approximation et la faiblesse avec lesquelles on découpait tant bien que mal son objet et les articulations internes qui le ponctuaient, sans en définir fermement les termes, les méthodes, les concepts, et les grandes controverses, ni mêmes s'attacher à déterminer avec rigueur la critériologie qui autoriserait le dénombrement exhaustif des périodes qui en scandait le mouvement.

3) Enfin, le principal obstacle qui laminait cette pensée, c'était de s'écrire sans s'accorder l'exigence préliminaire d'élaborer sa propre histoire, cette philosophie s'était exonérée le plus important : dérouler l'histoire des séquences de sa discipline. Elle a donc fonctionné de la sorte au moins jusqu'à assez récemment sans pouvoir se regarder dans l'étendue de ses productions internes, sans se raconter, ni se penser dans la totalité de ses publications et de ses territoires heuristiques. 

4) Sans doute trouvait-on ça et là quelques textes de synthèse de ses publications les plus récentes mais le déficit flagrant de la définition de ses objets, la non formulation de ses interrogations cardinales, en l'occurence son assignation à se prononcer sur les origines de la philosophie elle-même, en tant que cette question est la sienne en propre, son échec à définir ses enjeux, à se poser comme le discours unitaire de l'ensemble des activités de la philosophie dans le continent africain, voire dans un horizon idéel autrement plus vaste (puisque cette philosophie n'exclut pas de prendre en charge la philosophie afro-américaine (Jeki Kinyongo, Epiphanies de la philosophie africaine et afro-américaine - Esquisse historique du débat sur leur existence et leur essence (1989)...autant de manques ont privé la philosophie africaine du récit de son histoire, au sens ricoeurien où raconter et penser sont une seule et même chose.De fait, ce discours pouvait-il se constituer comme un champs autonome, unitaire et autoréflexif sans revenir sans cesse à sa propre histoire et à l'histoire générale de la philosophie ? la philosophie peut-elle vivre sans élaborer sa propre histoire et sans se référer à l'histoire générale de sa discipline ? Ainsi donc, l'enseignement de cette philosophie, la recherche universitaire et sa réception ont souffert de l'absence et de l'oubli dévastateur d'une écriture de l'histoire de la philosophie, précepte que, au demeurant recommandait Cheikh Anta Diop dans  "  Philosophie, Science et Religion "

II/ LA NAISSANCE D'UNE HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE AFRICAINE

 1) Lorsque cette philosophie parvient à sa maturité, et devient particulièrement attentive à l'exigence d'une géographie philosophique ferme (géo-philosophie), et à l'impératif d'évaluation de la multiplicité de ses productions internes ou de ses réceptions, lorsqu'en elle a augmenté le souci légitime de décrire avec précision ses objets, sa périodicité, ses avancées et de les quantifier, puis de les qualifier, ainsi que le besoin de prononçer un jugement critique sur ses différentes activités dans le temps même qu'elles se faisaient, alors se sont ouvertes à nous les conditions objectives de l'élaboration d'une histoire de la philosophie, elle-même inséparable de l'histoire des sciences. 

2) Certes trouvait -on avant cette oeuvre le travail important de Smet, qui a posé les prémisses pertinentes et courageuses d'une histoire de la philosophie africaine mais dont l'objet en est resté à l'état d'émiettement, les méthodes imprécises, la périodicité générale discutable, et les définitions internes pour le moins essentialistes. Le péché de ce programme est d'avoir choisi d'écrire une histoire de la philosophie sans au préalable en exposer les définitions et les conditions de possibilité...sans donc la rattacher à la longue chaîne de travaux de la discipline elle-même.

3) Si en Occident le premier texte de la discipline s'énonce rigoureusement avec Vie, doctrine et sentences des philosophes illustres, 2 vol. pour la traduction française, la notice et les notes de Robert Genaille (Flammarion, 1965) , où Diogène Laerce inaugure l'histoire de la philosophie, rend compte des philosophes illustres grecs, en présentant leur formation, leur vie, leurs doctrines particulières ainsi que les liens existant entre elles (bien qu'il ait moins bien réussi),  puis en racontant enfin leur fin, signalant parfois leur postérité, cette histoire de la philosophie ne surviendra en Afrique formellement qu' au début du XXI siècle, en 2005-2006 avec la publication de nos livres aux Editions l'harmattan d'une Histoire de la philosophie africaine (Livre 1 .Le berceau égyptien de la philosophie, Livre 2 Introduction à la philosophie moderne et contemporaine, Livre 3 . Les courants de pensée et les ouvrages de synthèse, Livre 4. Entre la postmodernité et le néopragmatisme.

4) On trouve aussi le travail du philosophe camerounais Hubert Mono Ndjana, posé comme le second projet d'une histoire de la philosophie africaine, publiée chez l'harmattan , en 2009. Encore que le déficit flagrant de ce travail soit d'avoir occulté la première histoire de la philosophie africaine publiée cinq années avant sa parution, de surcroît dans la même maison d'Edition, et de part en part, avec des références à des textes redevables à cette oeuvre pionnière de 2005 ! Si l'on ajoute à cela que ces livres sont enseignés au Cameroun, l'on ne peut que s'étonner de la témérité du choix de scomotiser ce travail. En effet, l'auteur de ce second livre d'histoire de la philosophie africaine connaissait nécessairement l'existence de ce travail dont il reprend par ailleurs in extenso le titre, mais n'en a pas moins fait le choix téméraire et suspect de le taire. Etait -ce pour s'octroyer le monopole de la création de la discipline ? le revers d'une telle rature paresseuse et insoutenable  est que l'historien de la philosophie camerounais ait reconduit l'ensemble des objections, des réfutations, des paralogismes, et des critiques méthodologiques, logiques et politiques graves qui ont été formulées contre toute entreprise d'élaboration hasardeuse et approximative d'une histoire de la philosophie, sans définition préliminaire du genre, sans débattre de la périodisation, de la formation des penseurs, des liens entre les différents courants de pensée, des problèmes relatifs aux histoires philosophiques écrites en Occident ou en Orient. Ce texte en est ainsi venu à endosser les critiques nombreuses incriminées, pour n'avoir pas cité la première histoire de la philosophie africaine stricto sensu , écrite en 4 volumes, n'en a pas moins été comptable des objections. L'autre difficulté inéluctable et ruineuse qui en a découlé est d'avoir omis de faire l'examen des problèmes et des questions internes à ce discours, en l'occurence la justification du choix d'un corpus, des périodes, des méthodes...A quoi s'ajoute le déficit permanent de la référence aux historiens de la discipline eux-mêmes, l'ignorance complète de la question des origines de la philosophie, la non qualification des connaissances produites par les auteurs, la méconnaissance stupéfiante d'un très grand nombre de travaux universitaires contemporains, qui précisément avaient mis en oeuvre les premières spéculations académiques.

L'intérêt de cet ouvrage est cependant ailleurs, dans son ouverture aux aires culturelles anglo-saxonnes, maghrébines, lorsqu'il n'est pas remonté aux périodes les plus anciennes d'Egypte, en examinant non sans intérêt la période alexandrine, réappropriée comme un moment qui serait propre à la philosophie africaine elle-même, bien qu'aucune justification philosophique ferme ne vienne étayer une telle revendication. L'ouvrage tente aussi une synthèse des grands courants de cette histoire philosophique, sans toujours au demeurant se prononçer sur la valeur des oeuvres étudiées, ou simplement évoquées, Ainsi donc, la taxinomie de cette histoire philosophique s'impose.

 I/ TAXINOMIE

    La taxinomie est l'étude du découpage et de la classification formelle et rationnelle des oeuvres au sein d'un champ de recherche donné, ici l'histoire de la philosophie africaine. Il faut concéder que jusqu'ici, les découpages proposés au sujet de ce discours sont demeurés à la fois incomplets et lacunaires, ou simplement inexistants selon les régles de l'art. Or ce que l'on attend d'une taxinomie, c'est qu'elle élabore les différentes périodes d'un discours de manière convaincante car c'est le point de départ de toute recherche systématique. Voici donc comment on peut aujourd'hui périodiser cette histoire, autour de cinq grandes périodes qui, elles-mêmes se subdivisent en courants internes.

  - Les 3 grandes périodes de l'Histoire de la Philosophie africaine.

    Dans  le découpage actuel de cette aventure philosophique, l'on peut distinguer cinq grandes périodes , avec en leur sein, des découpages variées.

   1) LA PHILOSOPHIE ANTIQUE ET LE BERCEAU EGYPTO-NUBIEN DE LA PHILOSOPHIE ET DES SCIENCES ( III millénaire au XII siècle avant notre ère)

        Ce qui frappe et ce qui est nouveau dans cette histoire philosophique, c'est l'hypothèse renversante de l'origine de la philosophie en Afrique. Notamment en Nubie (Claude Summer lequel a mis en lumière cette bravade de la présence de textes de philosophie dans le berceau éthopien, Ethiopian philosophy, 2 volumes, 1974-1979) Sans doute n'en a t-il pas tiré comme nous la déduction de la naissance de la philosophie stricto sensu en Nubie, mais les matériaux qu'il donne permettent cette déduction lourde de conséquences. Certes les égyptologues, les dépositions des auteurs Anciens, les historiens de la philosophie (de Diogène Laerce à au moins Emile Bréhier) avaient-ils déjà attiré l'attention sur l'idée que la philosophie grecque n'était pas une invention spontanée, mais qu'elle procédait de l'Orient. Mais les choses en étaient restées là, jusqu'à ce que l'école allemande ait fait des investigations trouvant en Egypte même les sources lointaines de cette pensée grecque.

- Puis les philosophes africains ont pris le relais, ils ont poussé cette recherche, et établi les origines égyptiennes de la philosophie grecque. Ce fut d'abord le travail exegétique de Cheikh Anta Diop, qui le premier a démontré la dette philosophique et de la science grecque à l'égard de l'Egypte (" Antériorité des civilisations nègres - 1967 - et Civilisation ou Barbarie - 1981; deux autres ouvrages sont déterminants sur cette question ( " Stolen legacy "  et le remarquable  " The african origin of greek philosophy - 1993 de Innocent . C. Onyeweny.)

 - Puis ce furent les premières investigations à la faveur de la redécouverte de cette pensée philosophique et scientifique, même si ici, elle fonctionne encore sur le mode faible de l'exhumation, et non de la mise en oeuvre critique des acquis, qui plus est, en passant outre les problèmes méthodologiques de la critique des sources, et épistémologiques du lien entre les Ecoles de pensée, ou même celui de l'évaluation des résultats par rapport à la production philosophique étudiée, avec une mise en perspective dans son dialogue avec les autres sources (méthode de croisement des sources) Mais dans tous les cas, avec ce texte étonnant de Théophile Obenga, la philosophie africaine se met soudain à redécouvrir son héritage philosophique et scientifique égyptien millénaire la philosophie africaine de la période pharaonique 2780 - 330 avant notre ère - 

    La philosophie antique développera ensuite la question ancienne de la naissance des mathématiques dans le foyer égypto-égyptien, dont la plus ancienne attestation nous vient d' Aristote, Métaphysique I , puis de Diop, Antériorité de la civilisation nègre (1967), Civilisation ou Barbarie (1981), Théophile Obenga, La géométrie égyptienne, Contribution de L'Afrique Antique à la mathématique mondiale (1985), Malolo Dissake, Mathématiques pharaoniques égyptiennes et théorie moderne des sciences (2005) ... Ces deux derniers auteurs citant à juste titre l'ouvrage de Sylvia Couchaud, Mathématiques égyptiennes, Recherches sur les connaissances mathématiques de l'Egypte pharaonique (1993) Mais les dépositions les plus formelles sont données par es Papyrus eux-mêmes...

   - Ensuite l'exposition pertinente des  5 grandes Ecoles philosophiques égyptiennes (Grégoire Biyogo, Origine égyptienne de la philosophie, 2000) et le dénombrement des penseurs Grecs, élèves des philosophes égyptiens dans son Histoire de la philosophie africaine, 4 vol. Vol I L berceau égyptien de la philosophie.

  - L'exegese de la pensée philosophique memphite et armanienne est envisagée par Mubabingue Bilolo   " Les cosmo-philosophies théologiques de l'Egypte antique (3 vol. 2000-2004)

 - Il convient aussi de signaler le texte des actes du colloque de Yaoundé dirigé par Gabriel Ndinga et Georges Ndoumba   " Relecture critique des origines de la philosophie et ses enjeux pour l'Afrique - 2004. La référence à M. de Paw et Masson Oursel est indispensable, qui ont contribué à l'évaluation de la pensée philosophique et de la science égyptienne, en en soulignant la dette grecque. Masson Oursel, successivement dans  " Recherches philosophiques sur les Egyptiens et les Chinois - 1774 - et  " Histoire de la philosophie, Fascicule supplémentaire : La philosophie en Orient, préface de Emile Bréhier dont il était le disciple (1969)

- Mais aussi l'archéologie philosophique du moment alexandrin (Théophile Obenga : LEgypte, la Gréce et l'Ecole d'Alexandrie, 2006), cette période qui vient d'être re-territorialisée par les historiens de la philosophie africaine comme un moment propre à l'histoire de la philosophie africaine, comprend des philosophes comme Philon d'Alexandrie, Flocus, Tertullien, Origène, Plotin, Saint Augustin (ces deux derniers Penseurs ont été étudiés par Mubabinge Bilolo, Michel Kouam : Esthétique II, Beauté et Vie spirituelle. Essai philosophique de confrontation : Plotin, St Augustin et l'Afrique.

  2) LA PHILOSOPHIE MEDIEVALE DES EMPIRES AFRICAINS (XIII siècle jusqu'au XIX siècle)   

        Après la philosophie antique, vient la philosophie médiévale, laquelle est demeurée longtemps assez mal connue . Pour autant , elle fait aujourd'hui l'objet de spéculations philosophiques et a donné lieu à des résultats surprenants, qui ont émergé dans le contexte des Universités prestigieuses où l'on a assisté à la relecture d'Aristote, de Maimonide ... et de la pensée arabe, avec la découverte de l'algèbre...Mais plus que tout cela c'est la rencontre de figures de la philosophie médiévale d'Afrique qui la rend importante. Les grands noms de cette période sont ceux de Ibn Khaldoun de Tunis ( 1332-1406) Ahmed Baba de Tombouctou (1556-1627), ZERA yacob de NUBIE (1599-1692).

       - Puis au soir de cette période, émerge une période intermédiaire, avec le grand philosophe ghanéen Antoine Guillaume AMO dont l'oeuvre novatrice a été révélée dans la philosophie africaine par le philosophe béninois Paulin Hountondji  " Sur la philosophie africaine , critique de l'ethnophilosophie " (1977). D'autres ont depuis entrepris d'en connaitre la pensée, dont entre autres Simon Mougnol  " Un noir professeur d ' Université en Allemagne au XVIII siècle (2010) Puis par les historiens de la philosophie eux-mêmes (Grégoire Biyogo, Histoire de la philosophie africaine, Vol 3 - 2006)

  3) La philosophie moderne et contemporaine (1945-1990)

      après la philosophie antique et médiévale, on arrive au moment de la philosophie moderne et contemporaine, la moins connue, et la plus abondante. 

      Le moment du Tempelsianisme , avec la publication évènementielle en 1945 à Elisabethville de la philosophie bantoue du Révérend père Tempels, qui la pose comme celui de la naissance desTemps modernes . Cette oeuvre a donné droit à une immense littérature philosophique allant de Kagame son disciple immédiat (avec ses essais décisifs  " la philosophie bantu rwandaise de l'être (1965) et plus tard " la philosophie bantu comparée (1976 ) à Maniragba Malibutsa, auteur de  " les perpectives de la pensée philosophique bantu rwandaise " après Kagame  jusqu'à Ngoma Binda et à Souleymane Bachir Diagne...) le néo tempelsianisme et le néo Kagamisme tentent de renouveler le paradigme de l'ethnophilosophie, avec l'exploration des textes endogènes, en se dégageant des incohérences logiques du texte de Tempels , tout en en tirant les grandes intuitions vitalistes, notamment la théorie de l'interaction universelle des forces.

    A) La phlosophie critique continentale (1997-2000)

        Tout commence avec la critique méthodologique et logique du discours de l'ethnophilosophie et la naissance de la critique politique (Eboussi Boulaga et son livre vigoureux  " la crise du Muntu, Authenticité africaine et philosophie (1977) qui intensifie les analyses déjà pertinentes consignées dans la  "Bantu problématique. Une étrange alliance des mots " (1966).

        Puis Martien Towa qui en ponctue la critique politique avec ses textes denses  " Essai sur la problématique philosophique camerounaise dans l'Afrique actuelle (1971), " l'idée d'une philosophie négro africaine  " (1979), cette critique va devenir une déconstruction des dogmes, des paralogismes et de la mystification politique qui en découle. D' où la critique alors courageuse de l'Etat parti et l'appel à l'avènement de l' Etat de droit Chez Paulin Hountondji  " Sur la philosophie africaine " (1976) et " Combats pour le sens " (1997). Féconde, autocritique, ruinant les dernières idoles de l'ethnophilosophie, le courant criticiste va créer un nouveau style philosophique et rendre possible la modernité philosophique en Afrique, laquelle est d'abord récusation systématique des récits de légitimation philosophique de la violence de la rationalité unilatérale et de la servitude subséquente.

     B) La naissance de la modernité et de la post modernité africaine (1981- 2011)

        C'est avec la figure inaugurale de Cheikh Anta Diop, que l'Afrique philosophique entre en modernité comme avec Descartes en Occident. Diop rompt avec le logos d'une science qui justifie la domination sur l'Afrique , et plus généralement sur les Autres. Relisant la science de son temps (biologie moléculaire, physique nucléaire, anthropologie physique, il balaie les préjugés, et invite à l'élaboration d'une épistémologie des sciences humaines. C'est dans le texte éponyme " Civilisation ou Barbarie " (1981) qui énonce avec l'autorité qu'on lui connaît ce précepte méthodologique et heuristique du  " Retour à l'Egypte "en tant que site des sciences comme l'Occident a opéré au sujet de sa redécouverte de la Grèce comme terre du savoir

  C) Les perspectives du courant herméneutique 

     ( Okanda Okolo, Appiah, Wiredu, Ngoma Binda, Tsenay Sereque Berhan  " The hermerneutics of African philosophy : Horizon and discourse (1994)

  D) le courant logique, méthodologique et épistémologique

     ( Diop, physicien nucléaire et néo bachelardien,Souleymane Bachir Diagne, spécialiste de l'algèbre de Boole, Malolo Dissake, spécialiste et traducteur de Popper et de Feyerabend, Charles Zacharie Bowao, logicien, spécialiste de Popper, Etienne Bebbe Njoh, mathématicien et philosophe camerounais, Raphael Ntambue Tsimbulu, logicien  " la logique formelle en Afrique noire, Problématique, enseignements et essais (1997), Mutunda Mwendo, logicien, Grégoire Biyogo, méthodologue, poéticien, logicien, spécialiste de Richard Rorty

  E) Le courant de la post modernité

    (en l'occurence avec la pensée de la traversée de Bidima, et la transversalité de Ouattara, la solidarité avec Kouassi, la postmodernité de Nkolo Foe... Ensuite la déconstruction de la méthode et du finalisme selon le prisme asymétrique du revenir et la critique de l'essentialisme dans l'écriture de l'histoire de la philosophie par Grégoire Biyogo

  F) Le courant de la théorie critique

    (Bidima  " Théorie critique et modernité africaine, de l'Ecole de Francfort à la  "Docta spes africana " (1993) , Bouharima Ouattara  "  Adorno et heidegger, une controverse philosophique " (1999), lire du même auteur  " Adorno : philosophie et éthique (1999)

  G) Les grands courants de la philosophie politique et du droit

        Le courant de la critique politique

        Eboussi Boulaga  " Les Conférences Nationales en Afrique Noire. Une question à suivre (1993) , Olabiyi B. Yaï  " philosophie africaine et politique en Afrique (1997), Nkolo Foe  " Le sexe de l'Etat (2002) Mamahadé Sawadogo  " La parole de la Cité. Essai de philosophie politique (2003), Ngoma Binda " Philosophie et pouvoir politique en Afrique (2004)

  H) La critique du logos tyrannique de la Traite et la dédogmatisation de la Raison

    (Sala Molins  " Le Code Noir ou le calvaire de Canaan " (1986), Biyogo " Misère des lumières, Histoire de la philosophie, Livre III)

   I) La critique du courant de la Négritude

 

      (Sartre et la critique de la Négritude, Towa, Adotevi, Pathe diagne, Abanda,  " la philosophie critique et orphique de la négritude de Biyogo)...

   J) La critique d'inspiration marxiste

       (Georges Padmore, Kwame Nkrumah, A.Cabral " l'arme de la théorie " (1973), Amady Ali Dieng, Majhemout Diop, Thierno Diop, Abdou Toure, G. A. Kouassigan, Léon Mbou Yembi, Ch Dimi  " l'Afrique noire aux oubliettes du marxisme (1989)

   k) La critique machiavélienne de l'Etat

      (André Marie Yinda Yinda)

   L) Le Panafricanisme

     (E.W.Blyden, Marcus Garvey, Web.H Campbell, Dubois, Kwame Nkrumah, Cheikh Anta Diop, Hamadou Abdoulaye Ndiaye, Alpha Amadou Sy " Africanisme et Théorie du projet social, préface d'Amady Aly Dieng (2002) "

   M) La Renaissance africaine et l'édification de l'Etat fédéral

        (Diop, Obenga, Biyogo, Bilolo)

    N) l'Afrocentricité

        Molefi Kete Asante  " l'Afrocentricité " (2003), Ama mazama  " l'impératif afrocentrique " (2003)

     O) Le courant politique de la renaissance et la libération de l'Afrique

          (Mandela, Steve Biko, Thebo Mbeki)

     P) La philosophie de l'économie et controverses autour de la mondialisation

         (Ebenezer Njoh Mouelle  " La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique " (2010), Puis Ondoua " La raison unique du village planétaire mythe et réalités de la Mondialisation " (2010), Charles Bowao, Yves Kounougous  " les approches philosophiques de la mondialisation - Présentation -évaluation (Europe- Afrique Noire Thèse ) (2008) , Gilbert Nzué Nguema  " Modernité hégélienne et Mondialisation "  Thèse, 2003, Eyene Mba  " Le réalisme de Hayek sous le prisme de la philosophie sociale de Hegel "

Posté par ECHOS du CIREF à 14:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 août 2016

INSAISSISSABLE " PRINCE " - Dr Yves kounougous - Université Brazzaville (Congo) - Université de Nice CHRI (France)- NCBS (USA)

 

 

                                                      JOURNAL OF AFRICAN AMERICAN STUDIES

 

            EXAMINING THE LIFE OF PRINCE ROGERS NELSON : KNOW TO THE WORLD AS, SIMPLY

                                                                          " PRINCE "

 

                                                                 (version anglaise)

 

           All the time, Artists, were necessary for the society in which they lived, " PRINCE " was  1) one of the most talented musicians of its generation  " Real music for real Musicians " ; Addict with aftershow, he received an award for all its career, he had a personal vision of the music industry  2) one of the most charismatic, always dresse exentric, The Rolling Stone newpapers and The Times say, he's the most productive and part of the 100 most influential people in the world  3) one of the most provocative, he wears women's underwear in a concert and did enter the word  " Slave " on his cheek to mark submission to the music industry (Warner),  " PRINCE " created her own label (Paisley Park) and gain obtained financial autonomy.

          But what memories he will leave to posterity ? What picture let his own community ? Confronted with institutional racism, structural inequalities, deceptive speech of a possible post-racial society, by the decline of the oldest associations for civil rights (NAACP) and institutional Leaders (Jesse Jackson, Al sharpton) accused by  grossroots organizations and young to have transformed the Negro question in a real comerce funds ?

         Both libertarian and pacifist discourse  " I'd like us to be silent bare that there is neither White or Black, there is no obligation " , despite it's financial support to the community (victims of hurricane Ketrina), even if he shown the way of the fun rock generation, The African-American puritan society, as a whole, has not fully adopted  " PRINCE " , because many of his songs were dirty mind, The Rythm and Blues of its beginning went to a Funk tinged Pop and New Wave with a large part of pornographic, then settle down by offering Pop Music  " Psychedelic " where sexuality join faith.

       The  " Artist "   PRINCE is not the Hero of the Race like the  " Greatest " Muhammad Ali                                              

Posté par ECHOS du CIREF à 17:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]