JOURNAL OF AFRICAN AMERICAN STUDIES

 

            EXAMINING THE LIFE OF PRINCE ROGERS NELSON : KNOW TO THE WORLD AS, SIMPLY

                                                                          " PRINCE "

 

                                                                 (version française)

 

            De tout temps et à toutes les époques, les Artistes, devenues des stars pour certaines ont été utiles et nécessaires à la société dans laquelle ils évoluaient ; " Prince " Rogers Nelson surnommé  " The Artist " fut   A)  l'un des musiciens les plus doués de sa génération : Multi-instrumentiste - Produced, composed, arranged and performed by Prince, il faisait  " Real music for Real musicians, adepte des  " After shows " , il reçut un prix (Bet award) pour l'ensemble de son oeuvre et avait une vision personnelle de l'industrie musicale. B) Un des plus charismatiques, toujours habillé de manière excentrique, le Journal " Rolling Stone "  et le  " Times " disent qu'il est très productif et qu'il fait partie des 100 personnalités les plus influentes dans le monde C) Le plus provocateur, il s'habille de dessous féminin durant un concert et écrit sur sa joue le mot  " Esclave " pour marquer sa soumission à l'industrie musicale (Warner), Prince créa son propre label (Paisley Park) et put ainsi gagner en autonomie financière.

            Mais quelle souvenir laissera t--il à la postérité ? à sa propre communauté ? Confrontée aux racismes institutionnels, aux inégalités structurelles, déçue par les discours sur une possible société post-raciale, et le déclin des plus anciennes associations de droits civiques (NAACP) ainsi que des leaders institutionnels (Jesse Jackson, Al Sharpton) accusés par les organisations de terrain et la jeunesse d'avoir transformé la " Question noire "  en un véritable fonds de commerce.

             Malgré un discours libertaire et pacifique  " j'aimerai qu'il n'y ait plus de Blancs, ni de Noirs, plus de règles " , en dépit du soutien financier à la communauté (aux victimes de l'Ouragan Katrina) , même s'il a montré la voie à la génération fun rock ; La société Afro-américaine, puritaine dans son ensemble, n'a pas entièrement adopté Prince, parce que beaucoup de paroles de ses chansons ont l'esprit mal tourné, le Rythm and Blues de ses débuts est devenu du Funk teinté de Pop et de New wave largement pornographique, pour ensuite aboutir à de la Pop Music  " Psychedelic " où s'entremêlent sexualité et foi.

            L' Artiste  " PRINCE " ne sera jamais le héros de la race comme le  " Grand " Muhammad Ali