THEME 1 : LA CHIRURGIE DES MALFORMATIONS COMPLEXES  DE LA TRACHEE DE L'ENFANT

                   PROFESSEUR NOEL GARABEDIAN : Chef de service Oto-rhino laryngologie et chirurgie

  cervico faciale pédiatrique - Hôpital Necker- Enfants malades - AP-HP - Paris (France) - Coordonnateur du centre de référence des malformations ORL rares - Président de la commission médicale d'établissement (CME) - Spécialiste des techniques chirurgicales modernes dans les malformations laryngotrachéales et cervico-faciales, de la surdité de l'enfant, de la chirurgie de la base du crâne, des malformations et tumeurs cervico-faciales.

                   PROFESSEUR OLIVIER RAISKY : Chirurgien cardiaque pédiatrique - Hôpital Necker- Enfants malades - AP-HP - Paris (France) - Spécialiste de nouvelles techniques chirurgicales en cardiologie pédiatrique, notamment en matière d'assistance circulatoire.

 

                     L'hôpital Necker-Enfants malades, AP-HP, réunit aujourd'hui les services de soins et centres nationaux de référence impliqués dans la prise en charge de patients atteints de pathologies complexes de la trachée, cet organe du système respiratoire reliant le larynx aux bronches. L'afflux de patients a permis d'améliorer, en moins de deux ans et de manière significative, la prise en charge de ces pathologies complexes et d'innover sur les techniques utilisées, dans un environnement anesthésique et réanimatoire propice. une première mondiale a nécessité le travail de cinq équipes anesthésiques et chirurgicales.

 

   THEME 2 : MICROBIOTE : LES NOUVELLES PROMESSES THERAPEUTIQUES DE L'INTESTIN ?

                    PROFESSEUR GABRIEL PERLEMUTER : Professeur des Universités -membre de plusieurs sociétés savantes - conférencier - auteur de nombreuses publications scientifiques (dernière publication : " Les bactéries, des amis qui vous veulent du bien " ) - Chef de service Hépato-gastroentérologie et nutrition - Hôpital Antoine -Béclère - AP-HP- Université Paris-Sud - Inserm U996 où il dirige une équipe de recherche sur le microbiote intestinal et le foie.

                    PROFESSEUR FRANCISCA JOLY : Maître de conférences à l'Université Paris-Diderot - Membre de l'équipe de physiologie et d'endocrinologie digestives du centre de recherche sur l'inflammation (UMR 1149 Inserm) - ses Recherches portent sur la prise en charge et le traitement de patients adultes atteints de maladies rares de l'appareil digestif, allant de la nutrition artificielle à la transplantation intestinale - Gastro-entérologue, Nutritionniste au sein de l'Unité fonctionnelle de gastro-entérologie et d'assistance nutritive de l'hôpital Beaujon - AP-HP (Paris) France

              

                   Savez-vous quel est l'endroit sur terre où la densité d'êtres vivants est le plus élevée ? Inutile d'aller chercher bien loin, la réponse est en nous, dans notre intestin ! 100 000 milliards de bactéries, près de 1,5 kg de microbes, peuplent notre tube digestif pour notre plus grand bien ! Ce microbiote intestinal nous envahit dès le premier instant de notre vie. C'est un univers intérieur avec lequel nous vivons en parfaite symbiose, qui nous aide à mieux digérer et à fabriquer des vitamines, et qui participe au développement de notre immunité, pour nous maintenir en bonne santé.  Mais sous l'effet de facteurs environnementaux comme une meilleure hygiène, le mode d'accouchement, une mauvaise alimentation, l'équilibre qui existe entre nous et nos bactéries peut se rompre et aboutir à une dysbiose. Cette dysbiose va être à l'origine de maladies dont la fréquence ne cesse d'augmenter, comme le surpoids, les maladies cardiaques, les colites, les allergies et même le stress, les addictions ou l'autisme. Nous nous trouvons aujourd'hui à l'aube d'une révolution médicale, comme Pasteur en son temps, le microbiote intestinal, véritable nouvel organe, a été décrypté. Comprendre son développement et son fonctionnement, c'est nous protéger de ces maladies ou limiter leurs effets. Comprendre ce monde bactérien qui vit en nous, c'est découvrir qu'il est possible, par de bonnes habitudes alimentaires et l'utilisation de prébiotiques ou de probiotiques, de le choyer et de le renforcer, pour préserver notre capital santé. La source du bonheur est bien dans l'intestin !    

 

  THEME 3 : CHIRURGIE AMBULATOIRE : PROTHESE TOTALE DE HANCHE ET D'EPAULE DESORMAIS POSSIBLE SANS PASSER LA NUIT A L'HOPITAL

                  

                    PROFESSEUR  PHILIPPE HARDY : Chirurgien et Chef du service d'orthopédie et de traumatologie - Hôpital Ambroise Paré, AP - HP - Directeur pédagogique de l'école de chirurgie de l'AP-HP, Enseignant à l'Université de Versailles Saint Quentin en - Yvelines - Rédacteur associé pour la revue Orthopedics & traumatology : Surgery & Research (OTSR)

                    Les progrès conjoints des techniques chirurgicales, et des techniques d'anesthésie contrôlent les douleurs postopératoires, limitent les pertes sanguines et les effets secondaires des antalgiques. Ils permettent ainsi aujourd'hui d'effectuer en ambulatoire la pose d'une prothèse totale de hanche ou d'épaule. Cette chirurgie impose une prise en charge multidisciplinaire. La participation active du patient à ce nouveau protocole, et de toutes les équipes de soins et du réseau ville-hôpital, est en effet essentielle. A l'occasion de cette conférence, j'évoquerai ces interventions en chirurgie ambulatoire imposant une sélection stricte des patients, ainsi qu'une information et une éducation thérapeutique préopératoire adaptée. Un réseau ville-hôpital, mis en place en amont, est également nécessaire afin de garantir la sécurité du patient à son domicile. Parce qu'elle est bénéfique pour la santé des patients et moins coûteuse pour la société, son développement est devenu prioritaire. Toutes les techniques chirurgicales ne peuvent en bénéficier. Il doit s'agir de techniques chirurgicales parfaitement standardisées, réglées avec des risques limités et identifiés.

 

      THEME 4 : STRESS POST-TRAUMATIQUE APRES LES ATTENTATS : LE BLOCAGE DE LA RECONSOLIDATION DES SOUVENIRS

 

                     PROFESSEUR BRUNO MILLET : Enseignant de psychiatrie à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) - Responsable de l'Unité de Stimulation Cérébrale pour patients souffrant de TOC et d'Addiction (STOCAD) dans le département de psychiatrie adulte à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris - France) - Ancien responsable du pôle hospitalo-universitaire de psychiatrie adulte à Rennes (2002 - 2012) - Président du conseil scientifique de la Fondation Deniker et expert près des tribunaux de la Cour d'Appel de Paris.

                   PROFESSEUR ALAIN BRUNET : Enseignant titulaire au Département de psychiatrie de la faculté de médecine de l'Université Mc Gill (Montréal - Canada) - Directeur du programme de recherche Santé mentale et société à l'nstitut universitaire en santé mentale Douglas (Montréal - Canada) - Editeur adjoint de la revue anglo saxonne Journal of Traumatic Stress - Ancien vice-président de l' International Society for Traumatic Stress Studies (USA)

 

                     Suite aux attentats survenus le 13 novembre 2015, de nombreuses personnes (victimes, secouristes, proches témoins, policiers, journalistes, etc ) sont susceptibles de développer des troubles psycho-traumatiques, et notamment un état de stress post-traumatique (ESPT). L'AP-HP a décidé de mener des recherches pour améliorer la prise en charge de ce type de fragilité psychique. Le Pr Brunet, spécialiste du traumatisme à l'Université McGill de Montréal, et le Pr Millet, psychiatre à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, présentent un projet international, promu par l'AP-HP, visant à tester une technique de soins adaptée aux patients souffrant de troubles de stress post-traumatique : le blocage de la reconsolidation, qui consiste à évoquer une situation traumatisante après l'utilisation d'un bétabloqueur. Le  volet action du projet prévoit de former les cliniciens à cette technique tandis que le volet recherche, coordonné par le Pr Millet à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, AP-HP, permettra d'évaluer l'efficience de cette thérapeutique innovante chez 300 patients souffrant de troubles de stress post-traumatique. Cent patients serviront de groupe contrôle en bénéficiant d'un traitement habituel. Quatorze centres, dont neuf hôpitaux de l'AP-HP, ont d'ores et déjà accepté de participer à cette  " recherche-action " soutenue par la fondation recherche de l'AP-HP et par un soutien du Fonds de dotation  MSDAVENIR,  dédié au renforcement des partenariats dans les sciences du vivant en France. 

 

     THEME 5 : PHILOSOPHIE DE LA SANTE : LA FONCTION SOIGNANTE EN PARTAGE

                        PROFESSEUR CYNTHIA FLEURY : Enseignante-chercheuse en philosophie politique et psychanalyste - Fondatrice de la  " chaire coopérative de philosophie à l'hôpital " à l'Hôtel-Dieu, AP- HP - Membre de la cellule d'urgence médico-psychologique du SAMU 75, AP - HP - Professeur à l'Ecole Polytechnique et à l'American University of Paris - Chercheuse au sein du Laboratoire " Centre des Sciences de la Conservation "  du Museum National d'histoire Naturelle.

 

                         La  " Chaire coopérative de philosophie à l'hôpital " à l'hôtel-Dieu, AP - HP , à vocation à réinventer la relation au soin, à la maladie, à la vie et aux autres. Ces autres étant successivement ceux qui nous secourent, nous sauvent et nous soutiennent. La maladie, pour être guérie, demande certes d'être objectivée, mais le sujet malade se vit avant tout comme sujet et non comme malade. Le soin nécessite donc de considérer aussi cette singularité. Il ne s'agit pas de stigmatiser le corps médical mais simplement de faire de l'hôpital le lieu de vie et de réflexion, d'entraide et d'itinérance, qu'il est substantiellement. En intégrant l'hôpital, la philosophie rappelle la nécessité de penser le soin de façon holistique, dans sa totalité. La première qualité du dispositif hospitalier - avant toute technicité - est intersubjective et interrelationnelle. Des liens se tissent entre les différentes personnes qui traversent son espace/temps si particulier : les patients, les familles et le corps hospitalier et médical. L'hôpital doit être pensé comme un lieu d'hospitalité, avec notamment cette fonction soignante en partage, face à l'hôpital comme structure organisationnelle et managériale.